On est reparti pour un… bon tour

Victorieux devant Visé mercredi, les Tournaisiens ont marqué de bons points avant d’entamer, déjà, le deuxième tour du championnat. Estu Tournai Samedi U. Tongres 20 h

On est reparti pour un… bon tour
Handball ©EdA
M.F.

Un petit tour, c’est aussi un grand cap. Et Cyrano ne nous démentira pas. Même si aucun pic n’a été franchi, les dirigeants de l’Estu et leurs coaches nous ont prouvé qu’ils avaient eu le nez pour former une équipe de qualité pour entrer en élite.

Certes, Tournai a perdu quelques plumes d’un panache qu’on aimerait encore plus coloré, mais il a bien assuré pour sa première apparition dans le gratin.

«Clairement, nous manquons encore un peu de fond de jeu, explique Robin Mathijs, l'exigeant mentor de l'Estu. Mais, notre place n'est pas si mal. Mon but, dans tous les cas, c'est d'être le plus haut possible. Il ne faut pas rêver: Hasselt et Bocholt sont inaccessibles pour l'instant.»

Le reste? «Tout me semble à notre portée à commencer par Tongres ce soir. À domicile, avec le meilleur public de Belgique, je pense que nous ne pouvons rien rater. Je le répète souvent à mes joueurs. Ils doivent être conscients de la chance qu'ils ont de jouer devant ces supporters fidèles et d'être traités comme aucun handballeur ne l'est actuellement en Belgique. Cette ambiance, je ne l'ai encore vue nulle part!»

Robin Mathijs détient la clef du championnat de l'Estu et de sa belle issue: «Sérieusement? Le meilleur moyen pour nous sauver, c'est de terminer dans le Top 4 et je crois qu'on en est capables. Pour le moment, on a trois points de retard sur Neerpelt. Ce n'est pas insurmontable.»

Car le coach, qui rappelle depuis huit ans la nécessité de travailler, a foi en ses troupes. «Il est clair qu'il manque encore quelque chose au niveau de la mentalité. 80% des joueurs font le maximum. 20% ne sont pas encore comme je le voudrais. Quelques-uns n'ont pas encore l'esprit travailleur que je souhaiterais. Mais je ne veux pas être négatif. Le plus bel exemple est peut-être Fabien Hoorelbeke qui a une évolution énorme. Samedi, il nous a accompagnés à Beyne et n'a pas joué. Il n'a rien dit. Et mercredi, pendant un quart d'heure, il s'est donné à fond. Si tout le monde était comme lui, je suis sûr qu'on disputerait les play-off pour le titre. Il ne rate aucun entraînement. Physiquement et mentalement, il fait tout pour servir le groupe.»

Que manque-t-il encore à Tournai pour titiller les sommets? «Je me répète, mais c'est encore un peu plus de sérieux chez certains. Et peut-être un peu de poids devant.», répète le mentor.

Du poids, Hugo Luisi n'en a pas trop mais il a pesé sur le résultat de mercredi en inscrivant sept butset en tenant hier des propos qui vont plaire au «patron»: «Franchement, je crois que le travail effectué à l'entraînement a payé. Après avoir rencontré toutes les équipes de l'élite, nous avons acquis de l'expérience. J'ai confiance.»

En plus d’Hugo, on devrait pouvoir applaudir Corentin Chantry qui se sera «échauffé» en LFH et qui a aussi beaucoup progressé depuis le début de la saison.