Des soupiraux qui font soupirer…

Il faut avoir pratiqué l’haltérophilie pour soulever les plaques des soupiraux des bistrots du «quartier Cathédral» rénové…

Vincent Dubois

Il ne se passe pas une semaine sans que le chantier de rénovation du «quartier Cathédral» n’apporte son lot de bizarreries (pour ne pas dire autre chose) dans la conception de certaines réalisations. La dernière en date concerne les nouvelles plaques des soupiraux donnant accès aux caves des établissements du secteur Horeca. Selon des ouvriers travaillant sur le chantier, l’ensemble du système pèse environ 170kg. Si l’on enlève l’encadrement et que l’on considère que les plaques sont (fort heureusement) divisées en deux parties, cela fait environ 70Kg par plaque.

Leur ouverture s’effectue au moyen de deux grandes clés à glisser dans les fentes adéquates. Celles-ci ne permettent pas de verrouiller les plaques, mais uniquement de les soulever. Le souci est, qu’une fois les plaques enlevées et posées sur le sol, il devient tout à fait impossible de glisser les dites clés dans les orifices prévus à cet effet.

Comme si tout cela ne suffisait pas, tout système de verrouillage des dites plaques, jadis assuré avec unesimple chaîne et un cadenas, est désormais impossible à mettre en place. Tout simplement parce que les seuls orifices disponibles sur les plaques, réservés au passage des clés évoquées plus haut, sont à ce point étroits qu’il est impossible d’y glisser, en plus, les maillons d’une chaîne.

Ce système est l’exemple-type d’un «machin» imaginé par des bureaucrates qui n’ont manifestement qu’une conception très virtuelle des réalités de terrain.

Si les livreurs – qui sont habituellement assez costauds – ont déjà les pires difficultés pour soulever ces plaques, que dire de certains tenanciers ou tenancières qui n’ont pas nécessairement la force d’un déménageur?

«C'est simple, je ne sais plus avoir accès à ma cave via le soupirail, précise Leslie Brunin du Sam'dit à l'angle des rues de Courtrai et des Fossés. Et mon livreur m'a déjà prévenu qu'il n'a vraiment pas l'intention de se mettre au bodybuilding…»