PRU Saint-Piat : l’enquête est clôturée

Quelque 28 réclamations ont été introduites lors de la clôture d’enquête du PRU de Saint-Piat, ce lundi. Les gabarits inquiètent.

PRU Saint-Piat : l’enquête est clôturée
petit train ©ÉdA – 20982266250
Vincent Dubois

Parmi les courriers adressés à l’urbanisme tournaisien dans le cadre de l’enquête publique sur le PRU de Saint-Piat (voir notre cadrée), figure en bonne place celui rédigé par la Fondation Pasquier-Grenier.

Dont les arguments principaux sont, par ailleurs, repris dans la plupart des autres missives lues, ce lundi, par l’échevin de l’Urbanisme, Paul-Olivier Delannoy, lors de la clôture d’enquête.

S’il en est un qui se veut particulièrement récurrent, c’est celui qui concerne le gabarit des futurs immeubles projetés dans le cadre de ce périmètre.

« La rue Madame compte principalement des habitations de la fin du XVIIe ne comportant qu'un seul étage sous toiture, deux maisons néoclassiques de deux étages mais avec des toitures réduites et un immeuble de trois étages du début du XXe probablement, sans aucune valeur architecturale, une erreur somme toute,explique Pierre Vanden Broecke, habitant du quartier et administrateur de la société Pasquier -Grenier. C'est une rue étroite ; pour que les habitations aient suffisamment de clarté jusque dans leur rez-de-chaussée ; il serait judicieux de construire de nouveaux immeubles en bordure de rue ne comportant qu'un seul étage… »

Ce qui ne semble pas être le cas à l’examen des volumes projetés dans le PRU.

Pour Pasquier Grenier – et la majorité des riverains ayant réagi à l’enquête – la réflexion vaut également pour le quai des Poissonceaux où les habitations ne possèdent que deux étages.

L’association de sauvegarde du patrimoine insiste quant à elle sur la nécessité de préserver certains éléments du passé là où il sera nécessaire de démolir certains édifices C’est le cas pour l’Union Ferronnière, par exemple, où d’anciennes caves voûtées conservant des traces des remparts du XIIe mériteraient d’être mises en valeur. C’est aussi le cas pour les anciens bâtiments de la TEI dont l’escalier et certaines portes mériteraient d’être préservés. Toujours dans le même état d’esprit, la Fondation suggère l’organisation de fouilles au sein de l’îlot, notamment dans la rue Madame qui se situe à la limite de la ville romaine.

Enfin, elle suggère encore que la ville complète la démarche du PRU par un soutien aux propriétaires qui souhaiteraient restaurer la façade de leur habitation et en améliorer le confort.

Parmi les autres craintes ou regrets exprimés ce lundi, on retiendra celui de voir les espaces verts et aires de jeux réduits à une peau de chagrin et la raréfaction des emplacements de stationnement alors que de nouvelles activités économiques devraient voir le jour dans le quartier.¦

Pour retrouver l’ensemble du PRU: http://doc.tournai.be/urbanisme/2012.03-pru-saint-piat.pdf