L’aménagement du Grand Tournai rural

Cette problématique doit devenir un enjeu des communales, selon un lecteur qui s’appuie sur l’exemple des nombreux projets éoliens.

Hubert COUPLET
L’aménagement du Grand Tournai rural
Divers_201202101514_25527316-575.jpg ©ÉdA – 10737276332

À chaque présentation de projet éolien, c’est la même chose: un public peu informé aux réactions qualifiées de « nimby » par de beaux esprits méprisants (« not in my back yard »=« pas dans mon jardin »), face à des promoteurs éoliens qui savent bien que ce n’est qu’un moment désagréable à passer: l’actuel cadre de référence éolien en Wallonie est un gruyère législatif et le prochain cadre, promis déjà en juin 2010 (!), ne répondra pas à des questions pourtant légitimes:

1. Pourquoi d’autres pays voisins ont-ils des distances de précaution plus importantes et des législations plus restrictives en matière sonore ?

2. À financement public égal pourquoi ne sature-t-on pas d’abord le potentiel éolien des eaux territoriales belges ?

L’article de G.E., paru dans vos colonnes le 25janvier, a le grand mérite d’élargir le point de vue à trois thèmes: l’aménagement d’un territoire, le Grand Tournai ; une interrogation sur ce foisonnement suspect de projets et la perplexité d’Ideta (!). C’est sur ces trois thèmes que je voudrais prolonger un peu la réflexion.

D’abord Ideta: quelle est sa légitimité à s’impliquer dans la production d’électricité ? Si les entreprises et les particuliers de Wallonie picarde avaient des problèmes d’approvisionnement en électricité et que le développement économique de la région en soit freiné, on comprendrait… mais il n’en est rien. La vraie réponse, au même titre qu’un privé ou qu’une coopérative « citoyenne » (!), c’est la recherche de revenus facilesgénérés par le système très mal calibré des certificats verts.

Et ELSA, filiale d’Ideta à 100% dédiée au développement de l’énergie renouvelable, a un statut de société privée de droit public qui la rend opaque au simple citoyen.

Le bourgmestre Massy et l’ex-échevine de l’Urbanisme Natacha Alleman (maintenant chef de cabinet), avaient prétendu en son temps que l’approche de l’éolien sur le territoire tournaisien devait se faire sous un angle intercommunal. Comme pour mieux se défiler de leurs responsabilités dans l’aménagement du territorial communal ? Comme pour faire oublier que c’est le même bureau d’études privé qui réalise les études d’incidences pour tous les projets actuellement déposés de la région: 4 opérateurs éoliens (dont Ideta) sur au moins 8 emplacements ? Comme si Ideta pouvait être à la fois juge et partie, opérateur éolien et grand gestionnaire du paysage de notre région !

Maintenant qu’on a un parc bien réel à St Maur – Jollain – Bruyelle, on peut comparer la réalité avec les photomontages de l’étude d’incidences préalable (toujours visibles sur www.ventderaison.com). L’impact paysager réel est bien plus important que prévu et il faudrait le multiplier par onze ! Quelle « gueule de bois » paysagère nous attend dans quelques années.

Tournai est la commune la plus étendue du royaume, elle est donc concernée au premier chef par l’éolien. Pauvre Tournai, mégafusion sans âme, encombrée par sa ruralité depuis toujours (plus précisément depuis 1976)…

Quant à la profusion de projets, elle s’explique aussi par l’arrivée du futur cadre de références éolien wallon qui finira bien par être publié: alors les promoteurs éoliens accélèrent le démarchage forcené des propriétaires fonciers et des agriculteurs pour les terrains les plus exposés au vent, les enchères montent et les langues commencent enfin à se délier… Il s’agit d’anticiper, de verrouiller rapidement le marché par des contrats de bail de type emphytéotique sur les parcelles intéressantes, valables sous réserve d’octroi du permis, et le tour est joué.

Il est grand temps de réagir, puisqu’octobre 2012 se rapproche, et de faire de l’aménagement du Grand Tournai rural un enjeu électoral au même titre que celui de sa partie urbaine. À chaque Tournaisien rural, dans sa famille politique, de forcer les candidats à une prise de position à ce sujet.¦