Trois quarts d’heure entre Tournai et Bruxelles à l’allure TGV

L’utilisation de la ligne TGV Paris-Bruxelles permettrait d’effectuer le trajet Tournai-Bruxelles Midi en trois quarts d’heure. Et à 200 km/h !

Christophe Desablens
Trois quarts d’heure entre Tournai et Bruxelles à l’allure TGV
Vente terrains excédent TGV ©ÉdA – 10488628994

La Région wallonne déterminera parmi une trentaine de projets clés d’infrastructures ferroviaires (voir nos pages nationales) ceux qu’elle défendra dans le cadre des discussions relatives aux orientations du futur Plan d’investissements 2013-2025 de la SNCB. Notre région est largement concernée par la ligne qui la traverse de part en part: l’axe Mouscron – Tournai – Ath – Bruxelles, pour lequel il serait question d’utiliser la ligne à grande vitesse.

Techniquement et pratiquement, il est possible de faire basculer les trafics IC depuis Mouscron – Tournai vers Bruxelles sur la ligne à grande vitesse n°1 Paris-Bruxelles. Cela peut s’envisager soit à Antoing, soit entre Ath et Enghien où les lignes 94 et 1 courent parallèlement. La seconde hypothèse serait privilégiée, car elle permet de maintenir la desserte de Leuze et Ath (la desserte d’Enghien et Silly peut quant à elle être assurée par des trains IR et RER).

Les gains de temps sont estimés à onze minutes pour le trajet Tournai-Bruxelles, un avantage significatif qui permettrait d’accroître fortement l’attractivité du train sur cette liaison, estime-t-on à la Région wallonne. Actuellement, les temps de parcours depuis Mouscron et Tournai vers Bruxelles-Midi sont respectivement d’1h13 et de 56 minutes aux correspondances les plus avantageuses.

Outre le gain de temps, ce projet présente également l’avantage de permettre aux trains IC provenant de Tournai de ne plus devoir cisailler les voies de la ligne 96 Mons – Bruxelles en gare de Hal, l’un des points noirs du réseau en matière de capacité. En effet, ils pourraient traverser la gare de Hal dans le pertuis réservé au TGV, dans des conditions de circulation optimales, ce qui permettrait d’améliorer nettement la régularité de la ligne 94 et 96. L’utilisation de la ligne à grande vitesse (les trains y circuleraient à une vitesse comprise entre 160 et 200km/h) pour le trafic intérieur valoriserait par ailleurs la section Enghien – Hal de la ligne 94 pour le trafic RER, et ouvrirait de nouveaux points d’arrêts sur cette section. Localisations potentielles: Saintes, Bierghes, Petit-Enghien.

160km/h sur la ligne existante

La principale difficulté technique de ce projet a trait non pas au génie civil mais bien au système de signalisation et de sécurité qui doit équiper infrastructures et matériel roulant. À noter que les raccords entre la L.94 et la L.1 ne sont pas adaptés à un usage fréquent, mais pourraient être intégrés au projet moyennant modification.

Avec un investissement estimé à quelque 33 millions d’euros, le projet affiche un excellent rapport coût/bénéfice qui plaide largement en sa faveur.

C’est beaucoup moins le cas d’une alternative aussi étudiée, visant à améliorer l’infrastructure existante en relevant la vitesse de référence de la ligne 94 et de la ligne 75A de 140km/h à 160km/h. En raison de la sinuosité du tracé, le tronçon Tournai-Leuze ne pourrait être soumis au même objectif sans engendrer des coûts colossaux. Au final, les gains de temps estimés sont modestes (de 3 à 4 minutes entre Tournai et Bruxelles-Midi, et 1 minute entre Mouscron et Tournai) pour un coût important: 47 millions d’euros.¦