Rudy Demotte : les voeux d'un socialiste... réformateur

Dimanche, la Halle aux Draps était «the place to be». Personne ne manquait à l'appel pour la première séance de voeux de Rudy Demotte à Tournai.

Géry Eykerman
Rudy Demotte : les voeux d'un socialiste... réformateur
12987601 ©© EDA

Un monde fou. Le double ministre-président et candidat déclaré au maïorat de la ville de Tournai en 2012 a fait salle comble. Tournaisiens, Wallons picards, Eurométropolitains, etc.

Choisir sans renoncer

Après une heure et demie d'accueil personnalisé, Rudy Demotte a jeté le gant et le public est entré en masse. L'heure du discours avait sonné.

Le fait d'avoir choisi Tournai pour ses voeux a dispensé M. Demotte de toute allusion à sa fonction future. Par contre, à travers le folklore des Antoiniades à Flobecq et celui du lundi perdu à Tournai, il s'est ingénié à contredire aimablement André Gide : «Choisir, ce n'est pas nécessairement renoncer...»

Un socialiste réformateur?

Du discours proprement dit, on retiendra la tonalité socio-écnomique marquée. Si Louis Michel parlait volontiers de libéralisme social, Rudy Demotte n'emploie certes pas l'expression «socialisme réformateur», mais pas une phrase prononcée par lui n'aurait écorché une bouche bleue!

Rudy Demotte cite abondamment les bureaux internationaux... et les experts flamands qui diagnostiquent une santé, peut-être pas encore florissante, mais en très nette amélioration de la Wallonie. Investissements, exportations, emplois, les indicateurs sont au vert. La marche pour grignoter le retard par rapport à la Flandre a déjà repris après la crise. Et sans qu'on ne sache si c'est par subtil calcul ou par grandeur d'âme, ou tout simplement parce qu'il y croit, Rudy Demotte associe les quatre familles politiques dans cette remontée qu'il fait démarrer au «Contrat d'avenir», ancêtre du «Plan Marschall».

«Pour elle-même et avec les autres»

Le patron qu'il est ne manque pas d'intégrer la Wallonie picarde dans sa présentation. Une Wallonie picarde dont il évoque quelques entreprises-fleurons. Il la veut ouverte : «Se positionnant pour elle-même et existant avec les autres» au sein de l'Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai dont il prendra la présidence, succédant à Martine Aubry. Ce qu'il signale explicitement. Quand on connaît la modestie dont il ne se départit jamais, on comprend à quel point l'affaire est importante à ses yeux.

Enfin, Filles Celles picardes et Cabaret wallon rappelèrent, en douceur, que c'est bien à Tournai que Rudy Demotte a choisi de s'ancrer.