P2A : oh les beaux giants killers que voilà !

Si Néchin n’est pas tombé dans le piège unioniste, Obigies et Isières ont eu moins de chance face au Pays Blanc B et Isières.

Nicolas NORTIER
 Templeuve a tenté de passer mais a buté sur des Kainois qui sont repartis avec le nul.
Templeuve a tenté de passer mais a buté sur des Kainois qui sont repartis avec le nul. ©ÉdA – Tam.be – 60410978697

Sept semaines d’invincibilité – neuf si on y ajoute les deux tours de Coupe du Hainaut – rien ne semblait pouvoir arrêter Isières mais finalement, les Herseautois nous avaient mis la puce à l’oreille en forçant le leader à ne se contenter que d’un point la semaine passée. Les hommes de Julien Deconinck sont passés à la vitesse supérieure: "Avec cinq joueurs en moins, je me disais que ça allait être difficile même si le onze de base avait fière allure mais le banc réduit, dit le coach frontalier, d’autant plus que l’on réalisait un bon match avant que mon gardien ne soit lobé par un coup franc de Yakassongo. Aïe ! Mais c’est là que je m’aperçois que quelque chose a changé depuis la reprise car on a pris l’ascendant. On ne s’est pas énervé, on a redoublé d’efforts. L’égalisation de Bracaval avant le 1-2 signé Debailleul ne sont que logiques. La victoire est méritée. On a gagné au caractère ! J’ai vraiment l’impression que l’équipe s’est mis en tête d’aller chercher des points perdus avant la trêve sur des décisions arbitrales contraires. La prudence reste d’actualité: si on preste bien face aux premiers, on a déjà montré nos faiblesses contre les adversaires moins réputés." Et c’est là qu’on verra dans les prochaines semaines si le changement se poursuit.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...