La P1 d’Enghien a intérêt à ne pas se louper

Après une fin de premier tour marquée par quatre défaites sur ses cinq dernières rencontres, la P1 d’Enghien joue gros en recevant le PVTM.

Philippe Varrasse
 L’âge n’a pas de prise sur Olivier Delbecque, devenu un des piliers du PVT Mouscron au poste 4.
L’âge n’a pas de prise sur Olivier Delbecque, devenu un des piliers du PVT Mouscron au poste 4. ©ÉdA – 60393145587

Ce week-end, le championnat reprend pour sept des dix-huit équipes de la Wapi. Parmi les rencontres au programme, celle qui devrait être la plus indécise, se joue dimanche à 14 h 30 à Enghien. La P1 locale, avant-dernière, reçoit son homologue du PVTM classée neuvième. Reprise qui tombe à point nommé pour les Mouscronnois, qui ont clôturé leur premier tour par un beau succès 0-3 au Skill. "Je reste confiant car on a fini sur cette note positive, confirme Rémi Martinez. Et aussi parce qu’à l’aller, on a battu Enghien trois sets à un, mais après avoir dû se bagarrer tout de même dans les premier et quatrième sets emportés sur le fil 26-24 et 28-26. Nos adversaires avaient montré à l’époque de belles qualités individuelles, surtout aux ailes. Et leur capitaine avait pas mal perturbé notre bloc en alternant frappes et balles placées. Il leur manquait juste un peu de cohésion en ligne arrière et de régularité en réception. Je suppose que cela s’est amélioré depuis avec l’accumulation des matches. Donc, ce sera tout sauf une promenade de santé. Comme en plus, on n’a pas pu s’entraîner durant une partie de la trêve suite à la fermeture de la salle la dernière semaine de décembre et comme deux joueurs, Pavel Depoorter et Rémi Ryckebusch, ont tout stoppé pendant un mois pour soigner leurs petits bobos, on a intérêt à bien démarrer la rencontre. Heureusement, je peux compter sur tout mon effectif, surtout sur Olivier Delbecque qui a été pour moi l’homme du match contre le Skill. Cela fait trois ans qu’il est chez nous et c’est la première fois qu’il tient physiquement aussi bien. Il n’a raté aucun match et est très régulier aux entraînements. Tout cela à 45 ans ! C’est devenu un des piliers du groupe qui fait du bien aux jeunes et qui les pousse. En espérant qu’il fera la même chose contre Enghien", ajoute le coach hurlu.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...