D1B: Sur les ondes de RMC, Gérard Lopez est revenu sur la situation de l’Excel: «Mouscron était déjà en faillite»

Dans un long entretien accordé à RMC, l’ex-actionnaire majoritaire des Hurlus est revenu sur la faillite mouscronnoise.

Arnaud Smars
 Gérard Lopez a désormais moins le sourire quand il évoque l’Excel Mouscron.
Gérard Lopez a désormais moins le sourire quand il évoque l’Excel Mouscron. ©Photo News 

Depuis la faillite actée fin mai à l’Excel Mouscron, Gérard Lopez s’était tu dans toutes les langues par rapport au club. Pas spécialement étonnant pour un propriétaire qui n’est venu qu’une fois en cité hurlue. C’était lors de sa présentation en juillet 2020, quelques jours après l’officialisation du rachat par le Luxembourgeois.

Invité ce mardi soir dans l’émission "Rothen s’enflamme", émission diffusée sur les ondes de RMCSport, l’homme d’affaires a accepté d’évoquer le cas de l’Excel. Mais avant cela, il a tenu à régler quelques comptes quand on l’a interrogé sur le sort de Bordeaux (relégué en Ligue 2 puis renvoyé en National par la DNCG), de Mouscron (qui a été mis en faillite) et de Boavista (qui est interdit de transferts). " Comme je ne parle pas beaucoup, cela a permis à beaucoup de gens de parler à ma place. Je vais vous dire deux choses. D’abord sur les gens qui critiquent. On ne fait pas d’erreur si on ne fait rien. Ne rien faire, c’est la nature de la plupart des gens qui critiquent ce que je fais. À partir de là, c’est très facile de se cacher derrière un écran, derrière un stylo… Quand on n’a pas fait grand-chose, c’est très facile de ne pas faire d’erreur. Quand on fait, il y a toujours la possibilité de faire des erreurs. La deuxième chose c’est ce que les gens savent mais ne disent pas. C’est le fait d’avoir une mémoire très courte ", peut-on lire sur le site de RMC.

«Pas à moi de me substituer au LOSC»

Sur le cas plus spécifique des Hurlus, il a tenu à rappeler le contexte général: " Mouscron était un club en faillite, il l’a déjà été et l’était à nouveau quand il a commencé les discussions avec nous. Mouscron servait de plateforme pour la deuxième équipe de Lille avec des charges sociales et patronales pour les joueurs qui étaient bien inférieures à ce que payait Lille pour l’équivalent d’un club de cinquième division afin de jouer en première division en Belgique. À partir du moment où je suis parti de Lille et que Mouscron s’est retrouvé tout seul, j’aurais pu dire que c’était le club B de Lille et cela a été présenté comme ça. Écoutez bien comment la chose a été tournée. Moi, on m’a demandé d’aider encore deux ou trois mois à Mouscron le temps de trouver un repreneur. Donc j’ai aidé à la place du LOSC quand le LOSC n’a plus payé ses factures. J’ai aidé deux, trois, quatre et cinq mois puis toute la saison (NDLR: rappelons toutefois que les joueurs sont toujours en attente de cinq mois de salaire). On est arrivé à la fin de la saison et ce n’est pas à moi de me substituer au LOSC […] Je n’ai pas de problème à dire qu’Olivier Létang est responsable de ne pas avoir payé ses factures. Bien entendu. "

Rappelons toutefois que lors de sa conférence de presse de présentation, Gérard Lopez avait précisé à plusieurs reprises que " ce n’est pas le LOSC qui rachète Mouscron, c’est moi à travers l’une de mes sociétés […] Mouscron n’est pas un club satellite au LOSC. C’est pour cette raison que je l’ai acheté en mon nom. Dans un premier temps, on placera certains joueurs qui ont du talent. En parallèle, je souhaite que Mouscron devienne une plateforme pour les jeunes joueurs belges. "

En quelques mois, le discours a bien changé. L’échec du projet n’y est certainement pas étranger!

Une conférence de presse vendredi

Rappelons qu’entre-temps, une solution a été trouvée pour sauver ce qui reste du Futurosport. Un partenariat a été créé avec la Squadra Mouscron afin de lancer un projet liant football et futsal sous le nom "Stade Mouscronnois Squadra". Cela permet à Mouscron de gagner un an en redémarrant en P3 plutôt qu’en P4. Cela permet également aux filles de poursuivre leur route en P1 grâce au titre obtenu cette saison. Les détails de la nouvelle organisation, dont le futur coach, seront donnés lors d’une conférence de presse ce vendredi. Seule certitude, le SMSG jouera au Canonnier ces rencontres à domicile.

Un stade que le nouveau club devra peut-être partager. En effet, Mandel est toujours intéressé par une location du stade. Les négociations se poursuivent.