«Pour remporter un match, il faut pouvoir être bon!»

Depuis le 6 mars et le déplacement à Manage, les Sang et Or ont récolté cinq points sur dix-huit… et ont encore leur sort entre les mains pour le tour final. Chacun en tirera les conclusions qu’il désire mais ces chiffres ne sont pas très rassurants quant au niveau de la série et de celui des troupes de Jérémy Descarpentries depuis quelques semaines, les dernières surtout après la défaite à Namur. Une chose est sûre : s’ils ne montrent pas autre chose dimanche prochain, la désillusion risque d’être cuisante quand on analyse le match de ce week-end : « Et dire que si on avait gagné, on était qualifié, soupirait le coach tournaisien, mais pour espérer remporter des matches, il faut être bons ce que nous n’avons pas été. On n’a pas été performants dans une série de domaines, les liens entre les joueurs et la motivation entre autres. J’espérais un résultat positif, surtout après notre entame de match qui n’était pas mauvaise. Dans notre malheur, le seul élément positif, c’est qu’on a encore les cartes en mains. C’est rageant de se dire qu’on a eu tant de possibilités pour se mettre à l’abri. Au lieu de ça, on devra attendre une dernière journée stressante. Ne remettons pas tout en cause, il nous reste une semaine pour reprendre le boulot et achever le travail. Il finit toujours par payer ! À nous de remettre les pendules à l’heure. »

N.N.

Quentin Piéraert concluait: "On manquait de caractère dans certaines situations. Est-ce la fin de saison qui explique cela? Le physique qui commence à souffrir? On a une dernière occasion de rebondir dimanche. Ne la loupons pas! "