Le Rœulx a eu raison d’aller en appel mais…

En battant Ransart dans le match rejoué, Le Rœulx a prouvé qu’il avait bien fait de ne pas se laisser faire mais a mis involontairement la P1 sens dessus dessous.

 Pouce levé? Pour Le Rœulx, oui! Mais pour tous les autres, comme le Pays Blanc, c’est plutôt bof bof.
Pouce levé? Pour Le Rœulx, oui! Mais pour tous les autres, comme le Pays Blanc, c’est plutôt bof bof. ©ÉdA – Tam.be – 501921979037 
L.D.

Imprévisible foot provincial! Décidément, en Hainaut, il est écrit que rien ne se passe comme ailleurs… Samedi matin, on a cru qu’on allait se réveiller en se disant que ce qui avait été décidé la veille par le comité sportif n’avait pas existé, qu’il s’agissait d’une espèce de mirage dû au fait que l’on est en toute fin de saison, que les efforts ont été nombreux et qu’à bout de souffle, on cherche une oasis de repos. Mais non, on a eu beau se pincer, c’était confirmé: à deux journées de la fin du championnat, la P1 a été mise à l’arrêt! Comme ça, sans trop prévenir, on nous a par exemple privés d’un Belœil-Monceau qui pouvait tout aussi bien donner les lauriers aux visiteurs que relancer complètement la course au titre, selon le résultat enregistré de son côté par Molenbaix qui devait jouer en derby au Pays Blanc. Un club antoinien qui devait, comme beaucoup d’équipes du ventre mou, encore prendre des points pour se rassurer complètement. Soit un enjeu multiple, à tous les niveaux. C’est dire s’il y avait beaucoup d’attente autour de cette 29e journée qui n’a donc pas pu se disputer à la date prévue, celle de ce dimanche 24 avril.