Vainqueur à Flobecq, Pajur est prêt pour Paris-Roubaix

Onzième du mondial junior 2021, l’Estonien Romet Pajur s’est mis en confiance en s’imposant quatre jours avant de disputer la classique nordiste.

Vincent COPPENOLLE
 Les régionaux de Grave et Lowagie terminent dans le Top 4 mais l’Estonien Pajur était vraiment trop fort au sprint.
Les régionaux de Grave et Lowagie terminent dans le Top 4 mais l’Estonien Pajur était vraiment trop fort au sprint. ©ÉdA

Si les juniors étaient moins nombreux que les cadets, les 67 engagés ont assuré du très beau spectacle à l’occasion de l’épreuve comptant pour le challenge de Wallonie Picarde. Dans le peloton, on retrouve de très nombreuses nationalités et notamment une très solide sélection nationale estonienne venue préparer le Paris-Roubaix de dimanche. Dans le premier tour, ce sont d’ailleurs deux Estoniens, Kurits et Mitt, qui font exploser le peloton en plusieurs parties. Curieusement, le duo ne poursuit pas son effort et juste après le regroupement, c’est un trio composé des Flandriens Galle et Baele ainsi que du Mouscronnois Arthur Lowagie qui se fait la belle. Derrière, l’Estonien Romet Pajur part en contre et notre régional Augustin De Graeve saute dans sa roue. " Je savais qu’il était très fort et qu’il fallait l’accompagner. Quand nous nous sommes retrouvés à cinq devant, l’entente a tout de suite été très bonne et quand on nous a informés que l’avance approchait de la minute, nous avons compris qu’on pouvait aller au bout ", commentait le citoyen d’Hacquegnies à l’arrivée. En effet, le peloton semble assez vite résigné et seul un quatuor au sein duquel on retrouve le Mouscronnois Jasper Frankish tente de se rapprocher des fuyards. " On a très bien collaboré mais nous étions moins nombreux que les leaders. Avec le vent et les bosses, notre groupe n’a pas su rentrer. Après, malgré d’excellentes conditions, je savais que le sprint reste mon point faible ", expliquait Frankish, finalement 9e, pour qui le prochain objectif est de bien figurer lundi prochain dans sa ville à l’occasion de l’épreuve organisée par son papy, Jean-Luc Vandenbroucke.