Le premier coup dur… sportif de l’Excel Mouscron

Depuis qu’il avait pris le relais d’un Excelsior en faillite en 2010, le Royal Excel Mouscron n’avait connu que des montées ou des maintiens…

Loïc Defoort

Parce qu’au Canonnier, ce qui se trame en coulisses a eu la très mauvaise habitude ces dernières années de faire plus de bruit que ce qui se passe sur le terrain, on oublie vite que jusqu’à ce dernier dimanche marqué par un revers fatal à Bruges, le Royal Excel Mouscron était encore exclusivement un club à succès… sportifs! Quoi qu’on en dise sur sa gestion au quotidien et ses investisseurs nébuleux, le club, qui a endossé la succession de feu Excelsior en 2010, alors sous l’appellation Mouscron-Péruwelz, avait rempli tous ses objectifs sportifs, en montant de la Promotion à la D1, puis en assurant, avec plus ou moins de difficultés, son maintien parmi l’élite. Retour sur l’histoire d’un club atypique, d’un projet inédit qui, au départ, fort d’une vision à long terme, a donné beaucoup d’espoirs mais qui, depuis son arrivée au plus haut niveau, se contentait de voir saison par saison, jouant plus souvent qu’à son tour avec le feu. Et à force, on finit par se brûler!