JUDO| «Ce changement, oui, il était espéré», avoue Allison Hollevoet

En début de semaine passée, au moment de revenir sur cette AG ordinaire à laquelle elle n’avait pu assister, trouvant porte close au bureau de l’huissier nivellois où se tenait la réunion, Allison Hollevoet avait glissé cette phrase au milieu de son ressenti: «Un vent nouveau soufflera bientôt sur la fédé!»

L.D.
JUDO| «Ce changement, oui, il était espéré», avoue Allison Hollevoet
Allison Hollevet et Bernard Tambour: duo complice. ©ÉdA – Loïc Defoort

Pour beaucoup, il aura soufflé bien plus vite que prévu. Comme si le scénario avait été écrit depuis un moment. «Vu la situation, oui, ce changement était espéré, avoue Allison Hollevoet qui ne cache pas que, derrière tout ce qui s'est passé, il y a un homme qui, fort de ses connexions et ses soutiens, a été le chef d'orchestre de ce changement. J'ai beaucoup discuté avec Bernard (NDLR: Tambour) qui a du vécu et de l'expérience et qui me guide avec son cœur énorme en faveu du judo. Grâce à lui, j'ai pris cette décision de me lancer dans la bataille de la présidence. Avec lui, j'ai su rallier la majorité de mes collègues du CA à ce projet de redonner la parole aux clubs avant tout, de travailler ensemble. J'adore vraiment cette phrase qui dit que seul, on va plus vite mais ensemble, on va plus loin.»