BASKET-BALL| «On est victime de notre succès»

Le club de Brunehaut, ce n’est pas juste une équipe fanion qui brille! C’est aussi une seconde formation féminine qui a réussi pleinement sa saison, finissant en tête de la P2 et validant ainsi sa montée en P1.

L.D.

«Elle est restée invaincue, ce qui reste une vraie performance», dit Philippe Landrieux qui confiera, la saison prochaine, cette formation à Rudy Balcaen, tout en gardant un œil attentif sur la relève. Des équipes de jeunes que chapeaute Ronny De Vlieger. Un coordinateur de jeunes qui se gratte la tête vu le succès grandissant rencontré par le club: «Nos effectifs ne cessent d’augmenter. Ça nous ravit car cela prouve que notre travail de formation plaît. Mais ça ne fait qu’amplifier notre problème de place. Le Brunehall étant agréé Adeps, on doit – logiquement – le partager avec d’autres disciplines. On est contraint d’envoyer certains de nos jeunes vers des clubs comme Kain, où l’on sait que la formation est aussi de qualité. On n’a pas d’autre solution! On espère juste que ces jeunes nous reviendront quand cela sera possible. Pour l’heure, on peut juste attendre que le dossier de l’extension du hall se débloque. On a accès à la Salle Stablinski à Mortagne, en France. Mais le sol y est vieillissant, glissant. Ça devient dangereux d’y dispenser des entraînements. On est victime de notre succès mais on préfère cela à un constat de désertion. Brunehaut plaît et cela renforce notre position dans le paysage du basket-ball régional.»