ATHLETISME| «Être présent à Tokyo en 2021»

Cette année 2020 aurait dû être olympique et paralympique. Elle ne le sera pas, Covid-19 oblige, et laissera la place à 2021, ce qui embête bon nombre d’athlètes déjà lancés dans leur préparation mais qui en arrange d’autres qui voient leurs espoirs de qualification rallongés d’un an: «Je dois dire que c’est plutôt une bonne nouvelle pour moi, concède Mathieu.

L.D.

J’ai plus de douze mois devant moi pour bien bosser et faire en sorte d’être aux Jeux de Tokyo. 2020 aurait sans doute été trop tôt. 2021 est sûrement un calendrier plus approprié à ma progression.» Qui aurait dû se poursuivre au cours des prochains mois, mais les compétitions auxquelles il devait participer ont été annulées. «J’avais en tête le championnat d’Europe de début juin en Pologne. L’objectif était de s’y aligner à la longueur et à la hauteur, avec une volonté de signer un Top 3. Même si le niveau a encore augmenté, cela aurait été faisable. Espérons que ce ne soit que partie remise!» En attendant, il bosse, cultivant une approche pluridisciplinaire: «Si la hauteur m’a permis de participer à mon premier rendez-vous international (NDLR: record perso à 1,65 m), je sais que je peux aussi réaliser de belles choses en longueur (NDLR: 5,75 m jusqu’à maintenant). Tout en n’oubliant pas non plus le sprint et le 100 m que je continue aussi à travailler!»