Pour Fedasil, l’option du Domaine de Taintignies reste d’actualité

Alors que le propriétaire du Domaine de Taintignies dit vouloir vendre ses bâtiments, Fedasil annonce que le projet de centre d’accueil reste d’actualité.

Pour Fedasil, l’option du Domaine de Taintignies reste d’actualité

Le propriétaire du Domaine de Taintignies a décidé de mettre en vente (ou en location) ses bâtiments, et nous affirmait, la semaine dernière, n’avoir plus eu de contact avec Fedasil depuis plusieurs mois dans le cadre d’une éventuelle création d’un centre d’accueil de demandeurs d’asile.

Pourtant, vendredi, les autorités communales de Rumes ont rencontré les responsables de Fedasil. Le bourgmestre, Michel Casterman, annonce dans un courrier adressé ses concitoyens que «la concrétisation de ce projet d'accueil reste d'actualité avec pour raisons principales, la hausse importante du nombre de demandeurs d'asile, renforcée par la crise afghane et le retrait de deux centres d'accueil en Wallonie, devenus inutilisables suite aux inondations.»

Le bourgmestre précise néanmoins que «la décision sur le projet de Taintignies sera le fruit des négociations en cours et à venir entre le propriétaire des lieux et la Croix-Rouge, qui est le partenaire pressenti pour la gestion de ce centre.» De ce fait, à l'heure qu'il est, aucune date n'est arrêtée pour une occupation du site, dont seule la nouvelle aile du bâtiment pourrait être utilisable en l'état.

Face aux représentants de Fedasil, les autorités rumoises ont aussi tenu à soulever certaines questions, notamment la proximité immédiate avec le clos des Champs et la crèche; l’organisation quotidienne d’un tel centre; la manière dont les occupants pourraient occuper leurs journées dans cet endroit retiré; l’attractivité de la Ville de Tournai et l’offre réduite des services de bus; l’impact de cette affluence sur le fonctionnement des services communaux, du CPAS et de la police, etc.