Une église souvent remodelée

L’église Saint-Quentin est très ancienne. Un document de 1 105 et un autre de 1 119 attestent de son existence. Une pierre datée 1 611 matérialise une phase de construction ou de rénovation de la tour carrée.

Une église souvent remodelée
Vitraux de Saint Quentin ©ÉdA

Un réaménagement du chœur s’opère en 1 723 et, en 1730: on accole des bas-côtés et on rehausse la nef.

Dans son livre «Péruwelz, ville frontalière », publié par les Carnets du patrimoine, Dimitri Kajdanski offre une description de l'édifice actuel. «Vers 1840, après avoir rasé la nef et le chœur anciens, l'architecte Limbourg reconstruit un nouveau corps à l'ouest et refonde l'ensemble dans une ambiance néoclassique. L'ancienne tour est accolée d'un porche constitué de quatre colonnes ioniques à fût lisse en pierre bleue de Maffle, s'achevant par un entablement avec architrave ionique et un fronton triangulaire. Le corps de l'église est en briques. L'ensemble est couvert d'une toiture unique en ardoises. À l'intérieur les murs sont enduits et la décoration s'inspire des basiliques romaines. On y retrouve des colonnes ioniques à fût cannelé. Le transept est à chevets et le chœur s'achève par une abside avec déambulatoire. »

Les parties classées de l’église sont la tour et le porche, ainsi que le parvis et ses alentours, le presbytère et une partie de la rue de Sondeville. C’est dans ce cadre prestigieux qu’une vingtaine de verrières ont été posées, il y a plus d’un siècle, et que des travaux de réhabilitation ont été entamés pour deux d’entre elles, il y a quelques jours.