« La police, c’est un choix de vie... »

Pour l’aspirant inspecteur Fabian Stoclet (Péruwelz), un policier doit savoir allier le côté répressif et social de sa fonction.

« La police, c’est un choix de vie... »
jurbise académie police aspirants ©EdA - 201648095918

Pourquoi avoir voulu intégrer la police?

J’ai toujours fait mes études dans le cadre du social (psychologie puis gardiennage). Pour moi c’était une suite logique de passer les tests de la police. Au vu de la société actuelle, ça correspondait bien à mon profil d’agir en prenant à cœur les problèmes des gens. C’est le côté social de la police qui m’attire. C’est dommage que les gens ne retiennent que le côté répressif de ce métier.

Quelle est l’image que vous vous faites du policier idéal?

Un bon policier est un policier qui sait prendre les bonnes décisions au bon moment. Il faut savoir être social mais parfois appliquer le côté répressif comme je l’ai déjà dit. Être policier, c’est savoir qu’il faudra être présent et qu’on aura des heures de travail très flexibles. Et bien sûr conserver le côté humain et la proximité avec les gens. La police, c’est un choix de carrière et de vie finalement.

Pensez-vous faire votre carrière à Péruwelz?

J’aime ma zone de police, durant mon premier stage, je l’ai approfondie et elle me plaît. Beaucoup diront que ce n’est pas simple de travailler dans une zone de police où on connaît beaucoup de gens. Car il faudra pouvoir appliquer le côté répressif sur des gens qu’on côtoie et qui peuvent nous reconnaître. Mais j’ai encore neuf mois pour y réfléchir. ¦ D.D.