Miss Péruwelz 2013 est de Péruwelz

Les Péruwelziens vont enfin être satisfaits, puisqu’Aurélie Vancraeynest, sacrée Miss 2013 samedi dernier, habite Bon-Secours.

Michel LANDRIEU
Miss Péruwelz 2013 est de Péruwelz
Miss Péruwelz ©ÉdA

Le jury a tranché, très tard dans la soirée, et c'est Aurélie Vancraeynest, de Bon-Secours, qui a reçu la couronne de Miss Péruwelz 2013. Ses dauphines sont Élodie Chauvin, elle aussi de Péruwelz et Charline De Keukeleire, espoir l'an dernier. Cette année, c'est Beverly Petit, qui reçoit le prix de l'espoir 2013. Elle sera donc d'office de la prochaine finale. Aurélie assure: «Je ne m'y attendais vraiment pas. Je trouvais les autres candidates fantastiques. Et puis voilà, c'est moi qui ai été choisie. J'en suis follement heureuse. Je crois que ça va transformer ma vie pendant un an. Surtout au niveau de mon quotidien, parce que porter la couronne, c'est beaucoup de boulot. Mais, dans les grandes lignes, je sais ce qui m'attend et j'envisage cette année avec beaucoup de joie et de sérénité.»

Beaucoup de joie également chez la présidente, Jennifer Vanaelst «une Miss Péruwelz de Péruwelz, tout le monde l'espérait. Et voilà c'est arrivé et ça va plaire dans la ville. Par rapport au spectacle offert aujourd'hui, les échos sont déjà très positifs. Nous avons modifié le concept. Au lieu de travailler avec différents tableaux, nous avons imaginé une petite histoire. Trois fées partent à la recherche de la nouvelle miss avec une petite fille à la couronne… Un schéma tout simple mais qui insère un fil conducteur dans la soirée.»

Blandine, Marine, Maureen et les autres

Dans le public, beaucoup de beau monde. Avec notamment Orphéa Gorski, Miss élégance Belgique Francophone et de nombreuses ex-candidates. Il est d'ailleurs sympathique et de bon augure de retrouver toutes ces jeunes filles fidèles à l'organisation de Miss Péruwelz. Parmi elles, Blandine Legett, première dauphine 2010. Et Marine Hautcœur, miss 2011 : «L'élection m'a appris à vaincre une certaine timidité. Maintenant je n'ai plus de mal à m'adresser aux gens. Prendre un micro n'est plus un problème. C'est une expérience qui m'a permis de croiser beaucoup de monde. C'était sympa et très enrichissant. Par contre, au niveau de ma vie, rien n'a changé. Mon compagnon est toujours à mes côtés. J'ai terminé mes études et je travaille dans une crèche depuis peu».

Un zeste de regret malgré tout chez Maureen Lefevre, miss 2012, qui vient de céder la couronne. «Ca me fait vraiment mal au cœur de ne plus être miss. Tant de travail et de rencontres pendant un an. Ca va me manquer. Au départ j'avais le contact facile et ça m'a aidée. Mais je sens bien à quel point je me suis affirmée. Ceci dit, ça n'a pas transformé ma vie. Je suis restée moi-même, peut-être un peu plus sûre de moi, mais sans plus. Dans l'immédiat, ce qui compte, ce sont mes études.»