Diffuser les matchs des Diables en aidant Amnesty : un pied de nez au Qatar à Mouscron & Ellezelles

À Mouscron ou à Ellezelles, certains volontaires profitent de la diffusion du mondial 2022 pour soutenir Amnesty International.

Antoine Pontrandolfi
 Supporter les Diables? D’accord, mais aussi pour aider financièrement Amnesty. C’est la démarche de deux organisateurs en Wallonie picarde.
Supporter les Diables? D’accord, mais aussi pour aider financièrement Amnesty. C’est la démarche de deux organisateurs en Wallonie picarde. ©ÉdA – 60303018358

Comme un bras d’honneur au Qatar et à cette coupe du monde de football. À Ellezelles, l’association des parents d’élèves de l’école libre Saint-Joseph diffusera les matchs de la Belgique, "comme de coutume", indique Anne Sadaune. "Ce qui change des précédentes éditions, c’est qu’on y inclut un soutien à Amnesty International. "

Au moment de mettre sur pied une diffusion à Ellezelles, la question s’est logiquement posée. Boycotter ? Ne pas changer la formule au risque de faire l’autruche ? "Finalement, nous avons discuté et voté afin de retenir la proposition qui nous semblait la plus logique: diffuser les matchs et profiter de l’occasion pour aider Amnesty dans son combat."

L’ONG est un farouche opposant à l’octroi de cette coupe du monde à l’émirat. Mais plutôt que de tourner le dos au mondial, elle profite de cette caisse de résonance pour alerter sur les dérives humanitaires et écologiques du Qatar. "Une vision que l’on partage à 100%", confirme Anne Sadaune. "À chaque match, nous mettrons en vente des bougies Amnesty International. Nous voulons sensibiliser les spectateurs aux enjeux que soulève cette compétition, mais aussi sensibiliser les élèves." Les jeunes de 5e et 6e primaires participeront au marathon des lettres d’Amnesty, sorte de gigantesque campagne mondiale en faveur des droits humains. "Quoi qu’il arrive, ceux qui veulent regarder les matchs le feront. Alors autant qu’ils soient au courant de tout ce qui se trame autour de cet événement ", conclut Anne Sadaune.

« On reste des supporters des Diables »

À Mouscron, l’ASBL Espace Citoyen adopte la même vision et diffusera les matchs des Diables rouges à 2 l’Aut Côté "en réservant tout le bénéfice des consommations à Amnesty International", confirme Dominique Delsoir. "On a l’opportunité de mettre en place cette action car derrière le bar, ce sont les bénévoles de l’association."

Membre historique de l’ASBL, le Mouscronnois ne se voile pas la face. "Si aucune action solidaire n’était mise en place, on n’aurait rien diffusé. Mais on reste des supporters des Diables, en dépit de tout ce qui pèse sur ce mondial. Alors plutôt que de regarder discrètement les matchs de la Belgique chacun dans son coin, on se retrouve dans notre Quartier Général et on peut aider, à notre échelle, une ONG qui dénonce tout ce que ce mondial a d’anormal." Quelques (rares) membres de l’association ont prévu de boycotter la compétition. "Mais dans la mesure où de nombreux cafés diffuseront les matchs des Diables, il y a pratiquement un consensus chez nous. Comme les membres d’Amnesty, on se sert de cet événement mondialement relayé et commenté pour dire: plus jamais une telle aberration", conclut Dominique Delsoir.

Pourquoi devrait-on s’en priver ?

À Dottignies, plusieurs patrons du monde de l’HoReCa hurlu s’associent pour créer la fan zone la plus impressionnante de la région: la Main du Diable.

En dépit d’un enthousiasme mesuré de l’opinion publique à quelques jours du coup d’envoi du mondial 2022, Pierre Vanlaere, Mehdi Nagara et Charles Coussement ont concocté un programme très ambitieux pour les fans. À contre courant des interrogations et du scepticisme ambiant ? "L’octroi de la Coupe du Monde au Qatar divise, on le conçoit. Mais il aurait peut être fallu s’en émouvoir plus tôt", estime Charles Coussement, le patron du Café Ferdinand. "Depuis la crise du covid, tout le monde a souffert et souffre encore. En tant que commerçant dans l’HoReCa, c’est aussi notre gagne-pain ce type d’événements, alors pourquoi devrait-on s’en priver ?"

À l’arrière du restaurant Au Fil du Temps, le site de 4.000 m2 est taillé sur mesure pour une fête grandiose et peut potentiellement réunir jusqu’à un millier de personnes. "Malgré tout, l’enthousiasme n’est pas incroyable et on le ressent bien. On serait étonné d’arriver à 1.000 spectateurs les jours de match ", poursuit Charles Coussement.

Une compétition en novembre-décembre ? Une équipe nationale moins encline à enchaîner les grosses performances ? Les trois organisateurs sont conscients de ne pas vivre un contexte propice à la grande fête du football, mais comptent sur la mentalité festive des Mouscronnois pour réussir leur pari.

Infos sur https ://www.lamaindudiable.be/