Le cricket, pour rapprocher la jeunesse - « Besoin de place pour jouer »

Les adolescents du Refuge se sont mêlés à la jeunesse mouscronnoise dans le parc communal pour faire découvrir un sport très populaire en Inde, au Pakistan et en Afghanistan.

Antoine Pontrandolfi
 Quelques jeunes Mouscronnois ont rejoint les demandeurs d’asile du Refuge pour découvrir ce sport que les résidents de Fedasil pratiquent régulièrement au parc communal.
Quelques jeunes Mouscronnois ont rejoint les demandeurs d’asile du Refuge pour découvrir ce sport que les résidents de Fedasil pratiquent régulièrement au parc communal. ©ÉdA – 60270781573

"Le cricket dans notre pays, c’est comme le football ici", lance Tafsir. Mineur non accompagné (MENA) il y a quelques jours encore, Tafsir a désormais quitté l’aile MENA pour rejoindre les autres adultes du centre Fedasil de Mouscron. Mais il continue de pratiquer plusieurs fois par semaine ce sport très populaire dans son pays d’origine. À vrai dire, le demandeur d’asile joue au cricket dès qu’il en a la possibilité. "Quand je rentre des cours, on organise parfois des parties qui peuvent durer plusieurs heures." Comme une bouffée d’oxygène, une façon de ne pas se déconnecter totalement de sa vie d’avant.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.