309 plants et un homme de paille

Trois individus sont accusés d’avoir entretenu une culture de cannabis comprenant 309 plants. Deux d’entre eux nient.

309  plants et un homme de paille
©BELGA
C.P.

Suite à une dénonciation d’un voisin, la police a retrouvé, en août 2016, dans une habitation de Mouscron, 309 plants de cannabis. Après enquête, trois individus sont poursuivis dans ce dossier: le locataire du bâtiment, le propriétaire et le frère de ce dernier. Seul le locataire reconnaît être à l’origine de la culture, les deux autres nient y être liés de près ou de loin.

Le locataire aurait mis en place cette culture seul, en se basant sur des tutoriels, pour sa consommation personnelle qui est de 10 grammes par jour. « Je ne crois pas en cette version, affirme le procureur du roi. Pour moi, Monsieur n'est qu'un homme de paille. Il a fait trois commissariats pour faire des aveux, à moins qu'il ne ressente une culpabilité énorme, personne ne va jusque-là, à moins que… » soumet-il en sous-entendant que le prévenu y a été poussé.

Un pseudo-locataire homme de paille

D’autres éléments ont été évoqués par le procureur pour étayer sa théorie: dans les déclarations à la police, les versions à propos du contrat de bail varient, ce qui laisse penser que le locataire n’en est pas vraiment un; le frère du propriétaire se présente comme le responsable des lieux aux voisins alors qu’il ne serait que le jardinier, on retrouve également ses empreintes sur plusieurs objets de la maison, notamment le courrier…

Pour le procureur du roi, il ne fait aucun doute que c’est cette troisième personne qui vit dans l’habitation et qui est concrètement à l’origine de la culture avec la complicité du propriétaire et du pseudo-locataire.

«Aucun élément concret»

Me Rivière défend les deux frères: «On le sait, faire des aveux dans deux commissariat ça va, mais dans trois! Ça fait jurisprudence: c'est un homme de paille…, ironise-t-il. Le propriétaire et son frère n'ont rien à voir dans cette affaire. Concernant les empreintes, mon client ne nie pas avoir aidé le locataire avec son courrier quand la boîte aux lettres débordait, ce qui implique qu'il l'a forcément touché. Vous n'avez aucun élément concret prouvant la participation

Le procureur du roi requiert pour chacun des prévenus un an de prison, alors que l’avocat des deux frères sollicite l’acquittement.

Le jugement sera rendu le 14 juin.