Réfugié espagnol et briquetier

Atypique, le parcours d’Enrique Hernandez, ancien briquetier et Dottignien depuis presque toujours, l’est pour le moins…

Jacques HOSSEY

De 1936 à 1939, la guerre civile d'Espagne oppose républicains et nationalistes, entraînant une dictature que dirigera Franco durant 36 ans. C'est dans ce contexte terrible, entraînant la mort de centaines de milliers d'Espagnols quelques mois avant la Seconde Guerre mondiale, qu'Enrique Hernandez (dit Riquet à Dottignies), alors âgé de 8 ans, ayant perdu son papa dans cette tourmente, embarque sur un petit bateau en compagnie d'un groupe de jeunes enfants afin d'échapper au massacre. «J'ai passé trois jours et trois nuits dans la cale du bateau, ne me nourrissant que du peu de nourriture emportée, de cacahuètes et oranges présentes dans la cale, nous dévoile M. Hernandez. Nous sommes arrivés près de Biarritz, recueillis dans une usine désaffectée. Très vite, ma mère a pu me rejoindre en compagnie de mon jeune frère Mario, heureusement. Notre groupe de jeunes a ensuite été déplacé vers Bruxelles, dans un petit château, bien plus accueillant, nous permettant de belles balades quotidiennes alentours.»