Au RMP, seuls 10 % sont mouscronnois !

8,5 millions en trois ans, de nouveaux joueurs de qualité et un œil attentif sur le Futuro, voilà comment se présente le rachat géré par Zahavi.

Maxence DESUTTER
Au RMP, seuls 10 % sont mouscronnois !
BELGIMU SOCCER FRIENDLY DEUX-ACREN MOUSCRON-PERUWELZ ©Belga

Cette fois, on y est! Le RMP a enfin conclu un dossier permettant une arrivée d’investisseurs. La saga s’est conclue hier par un vote favorable de l’assemblée générale extraordinaire des actionnaires face au projet dirigé par le renommé agent israélien Pini Zahavi. Après de multiples recherches, lancées voici plusieurs mois lorsque le départ du LOSC devenait inévitable suite à l’arrivée de Marc Coucke dans le capital du club nordiste, les Mouscronnois avaient vu défiler pas mal de candidats (Omanais, Ukrainiens, Malaisiens…) sans jamais réussir à trouver un accord.

Cette fois-ci, les conditions imposées par les Hurlus ont été respectées et, chose très importante s'il en est, les fameuses garanties bancaires ont été déposées. Aucun véritable obstacle, si ce n'est le passé sulfureux des intermédiaires Gripond et Yerima, ne se dressait dès lors cette fois-ci sur la route de la concrétisation. Conscients que le club mouscronnois ne pouvait en aucun cas pas continuer seul au sein de la Pro League, c'est donc tout logiquement que les actionnaires ont validé la reprise. Alors qu'on annonçait certains avis réfractaires, c'est au final un grand «oui» à l'unanimité qui a été prononcé. Pini Zahavi, via son fonds maltais «Gol Football Malta Ltd», injectera la jolie bagatelle de 8,5 millions d'euros sur les trois prochaines années. Cela correspond à l'achat direct de 90% des parts du RMP pour un montant de 2,5 millions d'euros, avant un apport de 2 millions supplémentaires par saison. Avec leurs «petits» 10% restants, les Mouscronnois ont toutefois réussi à se protéger; avec un strict minimum. «Le projet respectera toujours l'ancrage hurlu et le développement du Futurosport, affirme le président Edward Van Daele. Et malgré nos 10% dans le capital, nous conservons toujours un droit de blocage. Une convention avec des engagements et des sanctions existe. Si le nouvel actionnaire connaît des manquements par rapport à ses engagements, il sera ainsi obligé de nous restituer 50% des actions à leur valeur de base, soit 100€

Cette arrivée massive dans le capital ne causera toutefois pas de révolution de palais au sein du club: «Au niveau sportif, toutes les personnes désignées restent en poste, détaille le président. Leur nomination avait en effet déjà été concertée avec notre nouvel investisseur. Ainsi, Roland Louf reste directeur général, alors que Teni Yerima va devenir administrateur sportif et fera le relais avec des clubs partenaires pour attirer des joueurs. Avec notre nouvelle enveloppe financière, on pourra en effet aborder une tout autre catégorie de joueurs. C'est toujours notre T1, Cedomir Janevski qui aura de toute manière le dernier mot pour les transferts à faire ou non. Il reste le principal décideur de la stratégie sportive. »

Calme et jeune jusqu'ici, le mercato du RMP devrait vite s'accélérer. «Nous voulons briller le mieux possible en attirant d'autres joueurs qui n'étaient pas dans nos moyens jusqu'à présent, mais on ne peut pas parler d'objectifs à la hausse, tempère Van Daele. La glorieuse incertitude du sport jouera encore son rôle.»