La police en recyclage pour une bonne maîtrise des foules

Une quarantaine de policiers des huit zones de l’arrondissement de Tournai ont suivi une formation de recyclage au stade du Canonnier, vendredi.

Maxence DESUTTER

Agitation inhabituelle, ce vendredi matin, dans l’enceinte du stade du Canonnier puisque des dizaines de policiers étaient présents avec des boucliers, des casques et des matraques.

On aurait pu croire que ce déploiement impressionnant était en lien avec la rencontre d’hier soir entre le RMP et Lommel, mais il n’en était rien. Pour bien intervenir dans d’autres rencontres de football plus à risque ou lors d’autres manifestations où il faut maintenir l’ordre, ces policiers ont en fait participé à une formation prévue de longue date.

Sur le parking et dans les tribunes

Une fois par an, un recyclage est ainsi organisé pour les forces «HYCAP» ou plus communément pour les services d’ordre appelés à gérer des mouvements de foule. Une bonne quarantaine de policiers ont pris part à ce perfectionnement.

«Nous regroupons en fait les huit zones de police de l'arrondissement de Tournai», précise Lætitia Betermier, inspecteur principal à la Direction Coopération et Appui opérationnel (DCA) de Tournai.

Des effectifs de Tournai, Mouscron, Comines, Ath, Val de l’Escaut, des Collines, de Péruwelz-Bernissart et de Beloeil-Leuze se sont ainsi retrouvés pour cet exercice.

«Chaque année avant cette rencontre, nous nous réunissons entre responsables pour déterminer les thématiques des formations, ajoute Lætitia Betermier. Cette fois, nous avons choisi l'intervention en milieu carcéral et dans un stade de foot. Mercredi, les effectifs se sont ainsi entraînés à la prison de Tournai, avant de venir au Stade du Canonnier ce vendredi

La matinée d'exercices dans l'enceinte footballistique a débuté sur le parking. Répartis en groupes, les hommes (et les quelques femmes!) ont alors revu certaines notions théoriques, comme le drill de section pour se déplacer en peloton ou encore le fait de bien réagir avec son bouclier face à des jets d'objets (pavés, cocktails Molotov…). Tout cela a aussi été mis en pratique par des mises en situation. «Ce sont vraiment les bases minimales à savoir lorsqu'on fait partie des services d'ordre», précise notre interlocutrice.

Après ces petits échanges sympathiques, les débats se sont musclés avec deux grands exercices au sein des tribunes. Séparés en deux, les policiers jouaient soit leur rôle, soit celui d’un groupe de manifestants hostiles (des supporters dans ce cas-ci). Le but était alors de refouler et de confiner les «perturbateurs».

Révision, apprentissage et rencontres

«Ce genre de rendez-vous permet de faire une remise à jour de tout ce qui est déjà connu, souligne l'inspecteur principal Betermier.

Comme ce ne sont pas des situations vécues au quotidien, c'est toujours bien de tout revoir. Cela permet aussi d'apprendre parfois de nouvelles techniques ou encore de faire connaissance avec des membres d'autres zones, avec qui une collaboration sur le terrain est un jour possible. Pour coordonner les exercices, nous avons aussi eu le soutien de nos collègues formateurs à Bruxelles