Leuze: des tags antisémites découverts sur un pont du futur RAVeL

Ces dégradations ignobles ont été commises sur un pont qui venait d’être rénové sur le futur RAVeL Leuze-Grandmetz.

Pierre-Laurent Cuvelier
 Des croix gammées ont notamment été taguées sur l’ouvrage, à proximité de la rue de la Dendre.
Des croix gammées ont notamment été taguées sur l’ouvrage, à proximité de la rue de la Dendre.

C’est un acte lamentable que l’on peut observer sur le début du tronçon du futur RAVeL qui permettra, à moyen terme, d’assurer une liaison douce entre la ville de Leuze et les villages de Chapelle-à-Wattines et de Grandmetz.

Un ou plusieurs vandales ont pris pour cible un pont fraîchement restauré par le SPW. Cet ouvrage surplombant la Dendre, situé entre la rue de la Dendre et le boulevard du Prince Régent, a été souillé par des tags à caractère antisémite.

Au lendemain des premiers travaux de débroussaillage, entrepris le 8 août dernier, c’est à l’occasion d’une visite de chantier que Nicolas Dumont, l’échevin de la Mobilité et du Développement rural, a fait cette triste découverte.

Leuze: des tags antisémites découverts sur un pont du futur RAVeL

Plusieurs croix gammées ont été peintes en jaune sur le pont, à côté des inscriptions « juif » et faisant référence au polémiste français Éric Zemmour, dont le nom a été associé à celui du président Macron.

" Ces dégradations sont consternantes car en plus de s’attaquer à un bien tout juste rénové, on ne peut que déplorer et condamner le message qui est délivré, affirme M. Dumont.De surcroît, notre commune s’est particulièrement engagée, à travers le groupe Leuze-en-mémoire, dans un travail de sensibilisation aux atrocités de la guerre, aux risques liés au racisme… Cela se traduit par l’organisation de voyages à Auschwitz, de visites de musées ou d’expositions."

Jusqu’à 350 € d’amende

Le lieu visé étant entouré par une végétation foisonnante, à l’abri des regards, les chances de retrouver et de sanctionner les auteurs sont quasi nulles.

L’article 120 du règlement général de police stipule que de tels faits sont punissables d’une amende administrative de maximum 350 €. " Sans préjudice d’autres poursuites, la Commune peut procéder d’office à la remise en état aux frais et aux risques du contrevenant", peut-on lire sur le site de la zone Belœil-Leuze.

Une équipe d’Ipalle procédera au nettoyage

Malheureusement et comme trop souvent, c’est la collectivité qui devra assumer la facture pour l’enlèvement des graffitis.

Les autorités leuzoises ont fait appel à l’intercommunale Ipalle, qui dispose d’un service spécialisé, afin d’effacer les tags antisémites.

Sur le site internet d’Ipalle, où des formulaires d’intervention sont aussi accessibles aux particuliers, aux commerçants…, on peut avoir une petite idée du coût demandé: 66,7€ de l’heure pour la main-d’œuvre (deux hommes), montant auquel il faut rajouter les frais des produits utilisés pour le nettoyage.