Tribunal: Le dentiste a-t-il extrait des dents aux chevaux à Leuze-en-Hainaut?

Un dentiste équin est poursuivi pour l’exercice illégal de la médecine vétérinaire. On lui reproche d’avoir retiré les dents des chevaux.

P.F.
 Le métier de dentiste équin se limite à l’entretien habituel des dents des chevaux.
Le métier de dentiste équin se limite à l’entretien habituel des dents des chevaux. ©EdA - 30474494700 

Un Leuzois d’une trentaine d’années a fait opposition à un jugement prononcé le 13 janvier dernier, qui le condamnait à 1 an de prison pour une série de préventions. Le tribunal lui reproche l’exercice illégal de la médecine vétérinaire – il aurait extrait des dents de loup aux chevaux –, mais aussi d’avoir anesthésié ces chevaux en utilisant des produits analgésiques. Le dentiste équin conteste toutes ces préventions. " Je n’ai jamais endormi aucun animal ", a-t-il affirmé à la barre. " Je n’ai par ailleurs jamais extrait de dents aux chevaux. Il faut savoir que les équidés ont les dents qui poussent continuellement. Certaines pointes peuvent blesser leurs joues. En tant que dentiste équin, mon travail est de limer ces pointes des dents pour soulager l’animal. En ce qui concerne les dents de loup du cheval, il s’agit de petites dents qui poussent parfois à l’endroit où l’on pose le mord. Si c’est le cas, il faut les enlever, car elles peuvent gêner l’animal.Je ne suis jamais intervenu sur ces dents; j’ai toujours fait appel à un vétérinaire. " Des seringues présentant des traces d’analgésiques ont été retrouvées chez le prévenu, mais ce dernier s’en explique: " J’ai deux casquettes: je suis dentiste et marchand de chevaux.Quand un cheval est vendu, il est vu par un vétérinaire, qui souvent lui administre une dose de calmant pour le détendre avant son départ.Ces seringues sont jetées dans un bac prévu à cet effet. Je n’aurais peut-être pas dû, mais, par souci d’économie, je les récupérais pour y introduire de l’huile nécessaire à l’entretien de mon matériel de dentiste. "