Instituteur, chef d’école et artisan, Francis Stragier nous a quittés

Artisan bien connu des visiteurs de l’Artifoire d’Hollain, Francis Stragier, ancien instituteur et chef d’école, est décédé ce lundi, trois jours avant son 82e anniversaire..

Vincent Dubois
Instituteur, chef d’école et artisan, Francis Stragier nous a quittés
Francis Stragier aimait partager son savoir-faire avec les plus jeunes. ©EdA - 401344794366

Si vous êtes un habitué des foires artisanales, vous avez immanquablement pu admirer le travail qu’effectuait avec son tour à bois Francis Stragier. Habitué de l’Artifoire et d’autres manifestations similaires, dont la foire médiévale d’Antoing, Francis aimait partager son savoir-faire, tout particulièrement avec les plus jeunes.

Ce don inné pour la pédagogie, il le tenait de son métier d’instituteur primaire. Une profession qu’il exerça à l’école paroissiale St-Pierre où il enseigna avant de devenir chef d’école au centre éducatif St-Pierre.

Il fut l’un des premiers à organiser des classes de neige, à une époque où cette formule n’existait pas encore officiellement.

Francis a également été, avec René Geens et Ferdinand Meurisse, à l’origine de la création du "Trait d’union" qui consista à réhabiliter le site de fabrication de torchons de l’av. des Héros Leuzois (où se situe aujourd’hui la boulangerie Antoine) en centre paroissial et pour les mouvements de jeunesse.

Rigueur et générosité

Tous ceux qui, dans les années 60, ont eu la chance d’avoir Francis comme instituteur gardent l’image d’un homme simple, rigoureux mais généreux qui inculquait aux têtes blondes le sens du devoir bien fait. Ces qualités, il les développa ensuite également en tant que chef d’école mais aussi dans le cadre de son activité artisanale pour laquelle il ne pouvait pas se permettre de commettre la moindre erreur lorsqu’il manipulait gouges et ciseaux pour transformer un bloc de bois en un objet fonctionnel ou purement décoratif.

Cette passion qui l’incitait à aller jusqu'au bout de tout ce qu’il entreprenait, l’animait aussi quand il se démenait pour les autres, notamment en tant que fondateur de la Maison Croix-Rouge de Leuze.

C’est alors qu’il assumait la présidence de la section locale que cette dernière a pu acquérir et prendre ses quartiers dans une ancienne bonneterie de la rue de... la Bonneterie pour y abriter ses activités. C’est avec beaucoup d’émotion que nous avons appris son décès survenu ce lundi à l’aube des 82 ans qu’il aurait dû célébrer ce mercredi.

À sa famille et à ses nombreux amis va l’expression de nos sincères condoléances.