Les sportifs ont hâte d’entrer dans l’arène leuzoise

D’un chancre industriel, Leuze a réussiune étonnante reconversion du site Motte en hall sportif. Un complexe qui joue dans la cour des grands!

Pierre-Laurent Cuvelier

Cette fois, ça y est! La reconversion de l’ancienne friche industrielle du site Motte en complexe sportif touche à sa fin.

L’ouverture du nouveau hall omnisports, prévue à la rentrée de septembre, c’est avant tout l’aboutissement d’un projet titanesque dont les premières esquisses remontent à une dizaine d’années.

«Il a fallu repartir d'une page blanche, entre la mise hors eau du bâtiment, son assainissement, la réhabilitation de l'enveloppe extérieure et les aménagements sportifs».

Il va sans dire que dans le chef de l'échevin des Sports, qui a mené à bon port cet imposant paquebot de 6 000 m2 rebaptisé LeuzArena, le soulagement est perceptible. «Tous les équipements sportifs ont été livrés et le chantier est pratiquement terminé, se réjouit Paul Olivier. Cet outil répond surtout à un réel besoin des sportifs de notre entité qui étaient dans l'attente d'une infrastructure adaptée à la pratique de leur discipline. Jusqu'à présent, ils devaient se contenter d'occuper des salles scolaires assez limitées et vieillissantes».

Avec pour conséquence que, faute de structure digne de ce nom, certains clubs phares de la Commune avaient soit migré là ou l’herbe était plus herbe, soit disparu comme le Volley Club Leuzois. Ce manque est aujourd’hui en passe d’être comblé avec la mise à disposition de ce «temple des sports» digne d’une grande ville.

En pénétrant à l’intérieur de cette ancienne filature, il est d’ailleurs bien difficile de rester insensible tant les mensurations du bâtiment donnent le tournis. À elle seule, la grande salle omnisports s’étale sur 1 500 m2 (50 m de long sur 30 m de largeur) avec un terrain d’entraînement et de compétition modulable pour le mini-foot, le volley, le basket ou encore la gymnastique. Rien n’a été laissé au hasard!

Une tribune de plus de quatre cents places assises complète l’équipement flambant neuf, sans oublier la cafétéria, pouvant accueillir entre 100 et 150 personnes, qui surplombe le plateau.

Répartie sur quatre niveaux, la LeuzArena, c’est aussi un dojo de 250 m2 pour les arts martiaux, une tour d’escalade de 9 m de haut, une dizaine de vestiaires avec douches pour les joueurs et arbitres, un hall d’accueil, des bureaux, des locaux de réunions ainsi que deux salles polyvalentes de 1 350 m2 qui sont encore dans leur «jus».

«On aménagera ces deux espaces, qui pourront abriter des cours de fitness, de danse et des matches de ping-pong, lors d'une phase ultérieure. Cela n'aura aucune incidence sur le timing d'ouverture du site puisque l'on entreprendra ces travaux par la suite, explique l'échevin leuzois des Sports.

Dix millions d’euros!

La facture, à la hauteur du chantier entamé sous l’ancienne législature, devrait atteindre les dix millions d’euros une fois l’ultime phase clôturée. Rendez-vous compte, cela équivaut au deuxième investissement le plus onéreux jamais réalisé au sein de la Commune, juste derrière l’extension et à la mise en conformité du home Destrebecq.

«Le coût est effectivement important mais les cinq premiers millions, relatifs à la réhabilitation de sites industriels désaffectés, nous ont presque intégralement été octroyés en subsides. Pour l'autre enveloppe de 3,5 millions d'euros, Infrasports est intervenu à concurrence de 75% », affirme Paul Olivier.

L’opération n’est pas blanche pour la Ville de Leuze, qui injecte 1,5 million d’euros dans le projet. Au-delà du coût, le plus grand défi sera surtout de faire vivre ce complexe au niveau de son occupation. Ce ne sera pas une mince affaire!