Elle poignarde son mari et se suicide

Dimanche matin, une dame d’une quarantaine d’années s’est défenestrée après avoir grièvement blessé son mari et bouté le feu à leur habitation.

Une tragédie s’est produite lundi matin à Deux-Acren, dans l’entité de Lessines. Après avoir poignardé son mari, une femme a bouté le feu à son habitation, puis s’est suicidée en se jetant dans le vide face aux services de secours.

Sous les yeux des ambulanciers

Il était 5h30 lorsque les services de secours de Lessines ont été alertés afin de se rendre dans une villa située au 45B de rue Boureng à Deux-Acren. Une tentative de suicide était également évoquée.

Une auto-échelle, une autopompe, deux camions citernes, un véhicule de commandement, un camion de matériel et une ambulance ont été dépêchés sur les lieux. Et une vingtaine d’hommes au total.

À l’arrivée des premiers secours (les ambulanciers et la police), plusieurs pièces de l’habitation étaient en feu.

Mais avant l’arrivée et l’intervention des pompiers, une dame est montée dans le grenier, avant de se jeter dans le vide depuis une petite fenêtre circulaire percée dans le pignon de l’immeuble, devant les ambulanciers et les policiers.

Âgée d’une quarantaine d’années, Carine Chvartzman est décédée sur le coup sous les yeux des secouristes impuissants. C’est elle qui avait mis le feu à la maison. Avant cela, elle avait porté plusieurs coups de couteau à son mari, qui avait manifestement réussi à quitter l’habitation malgré ses graves blessures. Et à alerter les services de secours lui-même?

De toute évidence, la dame avait préparé ses actes; avant de bouter le feu à deux endroits dans des chambres, elle avait placé du produit accélérant. Les portes avaient été fermées à clé. Elle avait apparemment aussi versé de l’essence ici et là. Elle semblait donc déterminée.

Dans un état critique

La victime a été hospitalisée dans un état critique. Il s’agit de M. Philippe Van Steenberghe, un orthodontiste bien connu et réputé qui a un cabinet sur la Grand-Place de Lessines (Orthoteam) et qui travaille également au CHU Saint-Pierre à Bruxelles On ignore pour l’instant le mobile de ce geste.

Le couple (recomposé) avait un enfant (au moins), une fille, qui n’était pas présente au moment du drame.

Vers 7h30, les pompiers lessinois étaient toujours sur place, ainsi qu’une équipe de psychologues chargés de soutenir ceux qui, parmi eux, ont été fortement choqués par la scène qui s’est déroulée sous leurs yeux.

Une enquête a été ouverte par la police de Lessines et le parquet de Tournai a été avisé des faits. Il a décidé de mettre l’affaire à l’instruction «afin de refermer toutes les portes.».

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...