FUTSAL| Les Frasnois s’exportent toujours aussi mal

Trois matchs en déplacement et troisième revers pour les Frasnois qui n’ont pourtant rien à envier au leader.

Vincent FOCKEDEY
FUTSAL| Les Frasnois s’exportent toujours aussi mal
Dylan Vandermeersch, le héros malheureux de la soirée. ©ÉdA

Verrouillé, le compteur frasnois est toujours bloqué à zéro. Et pourtant, les hommes de Gaby Ouanane ont livré une bonne prestation d'ensemble face à un candidat au titre qui n'a toujours pas perdu la moindre unité. En inscrivant le premier but d'entrée de jeu par Vandermeersch, les visiteurs entrent bien dans le match mais se font surprendre quelques minutes plus tard après avoir oublié de faire le break. Une égalisation qui permet aux deux équipes de rejoindre les vestiaires dos à dos pour le repos. «Avec trois titulaires absents au coup d'envoi, ça s'annonçait difficile. Comble de malchance, on a perdu Kechout après dix minutes de jeu sur blessure. On a réalisé une bonne première période en rivalisant avec La Louvière. Mais à la reprise, on a senti que ça allait devenir compliqué physiquement car je n'avais plus beaucoup de solution sur le banc.» Sentant la bonne affaire, les Loups pressent la défense visiteuse en jouant dès la reprise avec un gardien volant. Choix en partie payant puisqu'ils parviennent à reprendre l'avance avant de se faire rejoindre suite à une rose de Bilel. À 2-2, le match peut basculer d'un côté comme de l'autre et il faut finalement un autogoal bien involontaire de Vandermeersch pour que le ballon choisisse son vainqueur, le dernier but inscrit à quelques secondes de la fin ne comptant plus vraiment. «C'est dommage car on avait un beau coup à jouer, même déforcés. C'est sûr que les absents ont manqué. Surtout physiquement en seconde période. Mais je n'ai rien à reprocher à mes joueurs car ils ont tout donné. C'était bien meilleur que notre dernière rencontre au Medina Bruxelles