Créer des synergies autour du bois

Lionel Coquelet, ingénieur forestier, est en charge du projet de redynamisation du peuplier. Il met en avant ses nouveaux débouchés.

Créer des synergies autour du bois
12602914 ©© EDA

Passionné par sa profession, Lionel Coquelet est l'un des premiers à valoriser le peuplier. «Certains architectes prônent l'utilisation du bois de peuplier, pour les bardages extérieurs par exemple. Je pense notamment à l'un des bâtiments du zoning industriel de Frasnes-lez-Anvaing, dont la façade est réalisée à base de peupliers. Voilà un bel exemple de revalorisation. L'architecte à la base du projet met en lumière la bonne conservation de ce bois en extérieur», explique Lionel Coquelet. Le CARAH espère que l'exemple de Frasnes encouragera d'autres architectes. Actuellement, le Centre de l'Agronomie éprouve encore des difficultés à mettre en valeur le peuplier. Architectes et producteurs préfèrent encore travailler le chêne ou l'épicéa. En France par contre, le peuplier semble un peu plus populaire. Lionel Coquelet pointe l'importance du partenariat entre la Belgique et le nord de la France. «Les Français sont très actifs dans le projet. Récemment, la ville de Lezennes a refait toute la structure de sa salle des fêtes à base de peuplier, cela représente 30m3 de bois d'oeuvre. La ville n'a pas eu peur de tester toutes les pièces avec ce type de bois.La réalisation apporte entière satisfaction. La réussite du projet résulte d'une exceptionnelle volonté et synergie du maître d'ouvrage, du maître d'oeuvre et de son équipe technique.» La ville de Lezennes note que cette expérience sera un levier supplémentaire à l'utilisation de cette essence en construction. «Ce projet motive à réaliser d'autres constructions de bâtiments à charpente de peuplier. On pense aussi à d'autres usages du peuplier.» Chez nous, un projet de la sorte est tout à fait envisageable, à condition d'oser se lancer. «Il faudrait que chez nous, les pouvoirs publics donnent l'exemple, cela pourrait engendrer d'autres projets.» L.G.