Opérer des aménagements à ce virage?

Quelles solutions sont possibles pour sécuriser au mieux le lieu ? Un feu rouge, des bernes latérales et des contrôles radar sont évoqués.

Opérer des aménagements à ce virage?
12578665 ©© EDA

Le virage concerné par l'accident est bien connu de tous les riverains comme étant particulièrement dangereux, de par sa courbe et son inclinaison. Des précédents indiquent même plusieurs décès remontant à plus ou moins vingt-cinq ans. À l'époque, un camion-citerne avait embouti un véhicule de type buggy dans lequel se trouvaient des parents et leur fils, décédés. D'où la question : est-ce qu'il ne fallait pas déjà prendre des mesures à cette époque pour sécuriser les lieux? «Cela fait 20 ans que je demande à ce que des aménagements soient réalisés ici ! Les sinistres se répètent chaque année, même si en général, ils sont moins graves », atteste Christelle Gheux.

De son côté, le bourgmestre faisant fonction en l'absence temporaire du maïeur Crucke, M. Vêche, indique qu'il est tout à fait solidaire de cette catastrophe et des conséquences que cela a engendrées pour les sinistrés. Il précise toutefois que des aménagements ont été réalisés pour réduire la vitesse, à savoir un panneau de zone 30 à hauteur de l'Athénée puis une indication claire, à l'entrée de Dergneau, du passage à 50 km/h.

« Un feu clignotant a été aussi mis à l'entrée du village ».

Le MET et la SPW ont été interpellés à de multiples reprises de la dangerosité du lieu. «Ils nous répondent qu'il n'y a proportionnellement pas plus d'accidents à cet endroit-là », reprend M.Vêche, échevin des travaux.

Des contrôles radars sont aussi clairement indiqués à l'entrée du village mais ont-ils un réel impact sur la vitesse des usagers de la route? «A ma connaissance, il n'y a aucun radar automatique sur le tronçon problématique. Il y a bien des contrôles de vitesse via des voitures banalisées mais ils sont trop peu fréquents. Pour moi, la solution serait de placer un jeu rouge à hauteur du carrefour précédent le virage», confie Christelle Gheux.

Solution quelque peu rejetée par M.Vêche, estimant que l'installation d'un feu rouge provoquerait des embouteillages conséquents sur cet axe très fréquenté, avec des nuisances sonores certaines. «La solution la plus plausible serait de mettre un radar dissuasif et/ou répressif à l'endroit dangereux, ce qui refroidirait les chauffards ».

Pour sa part, le député bourgmestre de Frasnes, Jean-Luc Crucke, a transmis les questions suivantes au ministre des Travaux publics Benoît Lutgen : «Le SPW envisage-t-il la prise de mesures de sécurisation complémentaires? Lesquelles? Dans quels délais? Ne conviendrait-il pas de remplacer les plots en plastique par des éléments en dur et d'alerter les automobilistes en amont sur la dangerosité de la situation? La route régionale étant de plus, a l'endroit de l'accident, traversée par un carrefour, les services du Ministre ne pensent-ils pas que seul un rond-point ou des feux rouges permettront de sécuriser utilement le croisement. Ces solutions sont-elles envisagées ?»P-L.C.