La majorité PS de Flobecq ouvre la porte aux libéraux

Le PS de Philippe Mettens a décidé d’élargir la majorité en s’associant avec le MR. En cause, la "trahison" d’un des siens.

La majorité PS de Flobecq ouvre la porte aux libéraux
En décembre 2018, Andrée d’Hulster (MR) prêtait serment comme conseillère de l’opposition. Trois ans plus tard, c’est comme troisième échevine qu’elle s’engage. ©ÉdA

Il est difficile d’ignorer que depuis de longs mois des tensions existent entre Carlo De Wolf et son groupe, Flobecq Vivacité. En effet, le conseiller a pris l’habitude de voter la plupart du temps contre la majorité dont il fait partie. S’il a expliqué à plusieurs reprises ne pas recevoir les documents requis pour pouvoir faire correctement son travail d’analyse, on sait que le malaise est plus profond. En effet, au lendemain des élections, Carlo De Wolf n’avait pu prétendre au poste d’échevin pour cause d’incompatibilité légale et ce malgré son nombre de voix de préférence.

Son union avec la directrice générale Sylvie Dumont l’empêchait en effet de briguer ce mandat.

Aujourd’hui, la donne a changé. Les deux époux se sont officiellement séparés. Si sur le plan légal, rien ne peut leur être reproché, la majorité en place considère cela comme une "trahison", un moyen un peu détourné pour atteindre un objectif peu défendable sur le plan éthique, à savoir l’occupation de fonctions théoriquement incompatibles pour un couple. Philippe Mettens et son équipe voient cela comme une façon de contourner la loi par pure ambition.

 Carlo De Wolf ne fera désormais plus partie de la majorité.
Carlo De Wolf ne fera désormais plus partie de la majorité. ©ÉdA

C’est d’ailleurs pour cela que le groupe PS (Flobecq Vivacité) n’a pas présenté la candidature de Carlo De Wolf lors du départ de Daniel Préaux. Et c’est pour cela qu’il propose au vote un nouveau pacte de majorité dont ne fait plus partie le conseiller.

Avec un membre de moins, la majorité était affaiblie (sept contre six). Philippe Mettens ne se voyait pas poursuivre la mandature avec une majorité étriquée, avec les risques que telle situation peut générer: donner envie à l’opposition de se coaliser et faire bloc; risquer l’incident à la moindre absence au sein du groupe; voire réunir les conditions d’un possible "chantage" interne à la moindre contrariété (différend sur un point).

En embarquant avec eux les trois conseillers libéraux, ils se retrouvent avec une large majorité (dix contre trois). Un choix logique pour les autorités locales qui estiment que durant cette mandature, le MR a mené une opposition constructive.

Une nouvelle échevine

L’avenant au pacte de majorité, déposé entre les mains de la directrice générale f.f. le 14 décembre dernier, est soumis au vote du conseil communal en séance publique ce mardi 21 décembre.

Cet avenant propose que le Collège communal compte désormais trois échevins au lieu de deux actuellement. En effet, Andrée D’Hulster (MR), aussi active en politique que sur le plan associatif, intègre l’équipe en tant que troisième échevine aux côtés de Philippe Mettens, Amandine Lesceux, Thomas et Gauthier Vandekerkhove (CPAS).