Être viticulteur au pays des Collines

La famille Vanstals et ses amis, à Flobecq, se sont attelés à une tâche peu répandue en Belgique: les vendanges.

Nancy CAPPART
Être viticulteur au pays des Collines
HP1010ATHFlobecq vendanges ©EdA - 30362277851

L'aventure de la création d'un vignoble à Flobecq est née suite à un pari. Jean-Philippe, propriétaire du clos LoJerAu raconte. «Nous étions en vacances chez un ami à Banyuls au sud de la France. Il prétendait que le raisin ne mûrirait pas en Belgique. Selon lui: impossible de faire pousser une vigne de qualité sur notre territoire. je l'ai pris au mot. Nous étions en 2004.»

Jean-Philippe revient de son séjour en voulant «essayer». Il fait réaliser une analyse de sol et les résultats sont encourageants. En 2005, il plante ses premiers ceps de vigne, pour sa consommation personnelle. Il poursuit. «Depuis le début de notre activité, j'ai voulu faire du vin de raisin. En 2005, après avoir rectifié l'acidité du sol, nous avons démarré. Tous nos cépages sont français et ce bien qu'ils soient reconnus pour être moins résistants au climat du nord.»

Pour se différencier des autres viticulteurs belges, Jean-Philippe Vanstals choisit de ne pas faire de croisement. «Mes fils et moi-même, nous avons commencé par du pinot meunier, pinot noir et chardonay. Nous nous sommes ensuite agrandis avec un nouveau cépage: la Syrah. En 2007, on plante déjà de la Syrah de Beaumes-de-Venise. Le viticulteur de Beaune que nous avions approché n'en revenait pas. Pourtant la syrah est devenue notre cépage phare.»

Le cépage le plus récent qui est venu agrandir la gamme est le merlot. Le viticulteur flobecquois livre ici une anecdote. «Figurez-vous que le pépiniériste s'est trompé. Nous avions commandé du chardonnay et voilà que nous recevons du merlot. Le vendeur voulait que nous jetions tout. Je n'en ai pas eu le cœur. En 2014 nous avons fait notre première récolte de merlot. Nous l'avons associé au Syrah, en avons fait un vin rouge nommé "Cause Toujours". Manifestement Jean-Philippe Vanstals et ses trois fils, Loïs, Jérémie et Aurélien (d'où le nom du clos LoJerAu) aiment relever les défis.

Le vin blanc du clos LoJerAu, nommé «Folie du Jour» est présent sur les tables d'un restaurant étoilé de la région. «C'est notre fierté», ajoute Jean-Philippe Vanstals. Bientôt leur vin sera exporté au Canada. Début 2016, le vin du Pays des Collines sera présent à la foire de Montréal.

En symbiose avec la nature

«Après le travail, je passe plusieurs heures dans la vigne. Les plants demandent beaucoup de soins mais quel bonheur de se retrouver en fin de journée si proche de la nature. Ici elle est intacte, nous n'employons aucun produit chimique, pas de désherbant. L’entretien du terrain se fait à la main et les insectes nous aident. Il y a équilibre entre production et nature.»

Les vendanges viennent en apothéose. «C'est un moment privilégié. Les raisins sont à maturité. Il ne faut pas trop tarder car la pluie peut endommager les fruits. Chaque année, les amis de mes fils viennent nous rejoindre. Nous vendangeons dans la bonne humeur. Mon épouse est à l'intendance. Nous nous retrouvons aussi pour l'embouteillage» conclut Jean-Philippe Vanstals.