À la table des nobles

Lieu de bouche depuis deux ans, le «Vieux château» est surtout un vestige féodal dont chaque recoin raconte une histoire.

Fanny Geeraerts

Une fois la grille d'entrée du «Vieux château» franchie, impossible de ne pas se prendre à rêver d'un temps où la belle châtelaine et le noble chevalier, entourés de leurs enfants, écoutaient les récits du troubadour, devant un grand feu de bois. Des douves aux boiseries, en passant par l'allée arborée et le petit pont, le charme opère. Depuis un peu plus de deux ans, la demeure propose une restauration de cuisine française.

Véritable entreprise familiale, le lieu de bouche s'est étoffé au fil des années. «Au début, nous proposions uniquement des réceptions et le tea-room le week-end» se souvient Tanguy De Turck. «Depuis un an, nous avons aussi des plats "à la carte", même si elle reste assez restreinte. Nous n'avions pas beaucoup d'expérience alors nous avons préféré commencer petit.»

Ce «nous» comprend Tanguy et sa soeur, chargés du service en salle, ainsi que son frère et leur maman, derrière les fourneaux. Comme la magnifique bâtisse qui est sienne, la famille partage ses racines entre la Wallonie et la Flandre. Au «Vieux château», peu importe son appartenance linguistique, le client est reçu dans sa langue. «Nos clients sont tant des habitants de Flobecq et de Lessines que de Renaix, voire d'Audenarde.» Des clients fidèles, devenus des amis au fil du temps. «Certains viennent tous les jours ouvrables ! »

Avec son domaine d'un demi-hectare et ses 500 m2 de surface intérieure exploitable, le «Vieux château» réserve des ambiances variées. Après leur entrée dans le hall, les clients sont invités à prendre place au coin du feu ouvert dans la pièce «rouge castille», voisine de l'ancienne bibliothèque réaménagée en cuisine. Une trentaine de couverts y sont dressés. Une pièce renaissance de dimension identique fait office de salon le week-end et se transforme en lieu de séminaire la semaine. À l'étage les pièces «Ciel d'Ostende», «Briques de Bruges» et «Terrasse» sont parfaites pour les réunions familiales. Un ancien lit de bois et une salle de bains dans le pur style romantique accueillent les heureux jeunes mariés. Le grenier reste à aménager en salle de séminaire, plus spacieuse. Sans oublier la terrasse extérieure, très prisée en été, où une cinquantaine de personnes peuvent s'installer. «Nous avons compté qu'un trajet aller-retour entre la terrasse et la cuisine mesurait 100 m. Par beau temps, je fais peut-être 30 km sur la journée. Au moins je suis en bonne condition physique quand la saison de foot reprend !»

Propositions «à la carte»

Le cadre prestigieux et agréable du «Vieux château» en fait un lieu de prédilection pour l'organisation d'événements en tous genres : séminaires (« les entreprises de la région comme celles de Ghislenghien et Renaix nous sollicitent régulièrement»), mariages («nous offrons la chambre nuptiale dans le château pour la nuit de noce»), communions («il nous est arrivé d'en accueillir trois à la fois, une dans chaque pièce»), dîners privés sur réservation («en semaine, nous ouvrons à partir de 15 personnes») ou encore expositions («la semaine dernière, l'étage était parsemé de bijoux»).

Le domaine est également accessible les week-end pour y déguster un menu ou un plat, y savourer une «douceur» maison ou juste s'y détendre en sirotant une boisson. En plus des quelques incontournables classiques (+/- 10 €), le menu trois services varie chaque mois. Exemple de suggestion de plat pour décembre : civet de marcassin, sauce poivrade, purée à la moutarde de meaux (17,50 €). «Les menus sont toujours aux environs des 36 € et chaque plat disponible individuellement, pour satisfaire les envies de chacun. Pour les fêtes privées, nous avons un panel de suggestions qui varient entre 30 et 60 € par personne, selon le budget du client.»

Ouvert vendredi de 16h à 24h, samedi de 14h à 24h, dimanche de 11h à 22h, jours fériés de 14h à 22h.