Estaimpuis : un permis "Poisson" qui reste incompris au Poisson d'Or

Fort de 51 ans d’expérience, le Poisson d’Or a une vision claire du secteur. La mesure impliquant l’obligation de demander une attestation pour un poisson, le 1er  juillet, a confirmé son inutilité…

Thomas Turillon
Estaimpuis : un permis "Poisson" qui reste incompris au Poisson d'Or
©– ÉdA

Le 1er juillet entrait en vigueur l’obligation de posséder un permis pour détenir un poisson. Avec quel recul aujourd’hui ? Un inintérêt confirmé… "Ça n’a rien de positif. Le but est de stopper les achats impulsifs. Sauf que ça ne l’est jamais dans notre secteur: soit on achète un aquarium, soit on fait un bassin extérieur mais dans les deux cas, on n’achète jamais tout en une fois, on doit prendre le temps de préparer l’aménagement… L’objectif de cette attestation imposée est de désemplir les refuges pour éviter les abandons. Si quelqu’un est interdit de détention, la personne envoie tout simplement quelqu’un d’autre à sa place !", indique David Vankwikenborne à la tête du Poisson d’Or. Et pour ceux qui restent dans les clous ? " Ceux qui veulent le permis, cela reste très raisonnable pour les Wallons de la région, avec une gratuité ou des tarifs oscillants entre 2 € et 5 €. Par contre, pour les Français comme pour les Flamands, il suffit d’envoyer un mail au fichier central à Namur et ils reçoivent directement l’attestation en retour ! Tout cela n’a donc aucun sens. La seule disposition pour arrêter de remplir les refuges est plutôt de sanctionner ceux qui abandonnent les animaux ! Fort heureusement, on a été entendus par le ministère en y allant à deux reprises, permettant de voir la mesure être assouplie, avec une validité d’un an plutôt que d’un mois initialement prévu. Cela aurait été la catastrophe si rien n’avait changé, même si cela reste quand même contraignant, continue notre interlocuteur.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...