Une application pour lutter contre les incivilités à Enghien

L’administration communale d’Enghien teste une application pour référencer les incivilités. En 2021, 1 117 rapports ont ainsi été établis.

Pierre Lagneaux
 FixMyStreet n’est encore utilisé qu’en interne. À terme, l’application va s’élargir, notamment aux ambassadeurs de propreté et comités de quartier.
FixMyStreet n’est encore utilisé qu’en interne. À terme, l’application va s’élargir, notamment aux ambassadeurs de propreté et comités de quartier. ©ÉdA

Lors du dernier conseil communal d’Enghien, le chef de file du groupe d’opposition Ensemble Enghien, Marc Vanderstichelen, a interrogé le collège concernant la mise en place d’une application visant à référencer les incivilités commises sur le territoire de la commune. "Au conseil communal d’octobre, dans le point relatif au Plan Local de Propreté, il avait été fait mention de la mise en place de l’application pour smartphone FixMyStreet, celle-ci permettant d’identifier les problèmes d’incivilités, de propretés ou les incidents sur la voirie. On nous avait dit alors que l’application était actuellement testée en interne par l’administration. Nous voudrions savoir où en est l’évaluation de ce système et s’il sera mis à disposition du grand public?"

Plus de mille incivilités recensées en 2021

Pascal Hillewaert (Écolo), échevin en charge des nouvelles technologies, a apporté quelques éléments de réponse. "Nous constatons que l’application fonctionne très bien. D’après les chiffres que nous avons reçus pour 2021, rien qu’en interne, il y a eu 1117 remontées de rapport d’incivilité. C’est énorme et il faut pouvoir traiter tous ces rapports. Aujourd’hui, à court terme, il n’est pas prévu d’ouvrir l’outil à toute la population. En effet, il faut que toute l’organisation se mette en place pour pouvoir répondre et, ainsi, ne pas créer plus de frustration. Ce qu’on constate, c’est que le système fonctionne bien et il est, petit à petit, intégré dans les procédures de l’administration pour créer des ordres d’intervention de la manière la plus fluide possible."

S’il n’est pas prévu d’ouvrir l’application aux 14000 Enghiennois (es), il n’est pas impossible que son utilisation soit élargie. "Effectivement, au fur et à mesure, nous comptons élargir l’utilisation de FixMyStreet pour que l’administration puisse digérer l’afflux des données. Nous pourrions, par exemple, l’ouvrir aux ambassadeurs de propreté ou encore à des représentants des comités de quartier avant d’aller vers le grand public."