Ceci n'était toujours pas LaSemo, mais c'était la vraie vie au parc d'Enghien

Réparties en quatre tranches horaires, dix mille personnes ont profité du premier festival de l’été.

Audrey Ronlez

Le bonheur à l'état brut. S'il fallait définir en quelques mots «Ceci n'est toujours pas LaSemo», ce seraient bien ceux-là. Une douceur de vivre et une joie non dissimulées ont en effet plané sur le parc d'Enghien durant tout le week-end. Malgré le port du masque et les mesures sanitaires en vigueur, rien ne pouvait gâcher le festival tant attendu. Même la météo n'a que très peu assombri le ciel enghiennois. La pluie ayant fait une brève apparition le samedi entre la tranche horaire de la journée et celle de la soirée.