Cindy Baraté signera son huitième LaSemo

Cindy Baraté n’est pas interprète. Elle a fait de la traduction en langage des signes tout un art. C’est ce qui plaît à LaSemo depuis 8 ans.

Pierre LAGNEAUX
Cindy Baraté signera son huitième LaSemo
Cindy Baraté retrouvera sur scène ses amis des «Fatals Picards» le 9 juillet. Connaissant les quatre musiciens, les retrouvailles s’annoncent explosives. ©Shon Jacobs

Depuis dix ans, LaSemo fait partie des festivals novateurs dans de nombreux domaines. C’est en effet un des premiers à avoir développé l’accessibilité pour tous avec, notamment la traduction de certains concerts en langue des signes.

Depuis maintenant huit ans, c'est la Liégeoise Cindy Baraté qui accompagne les artistes sur scène pour permettre aux malentendants d'apprécier les concerts. Pourtant, à la base, la jeune femme n'est pas du tout interprète. «Je suis artiste comédienne, chanteuse et aussi institutrice spécialisée pour des enfants atteints de surdité. J'ai voulu mélanger mes deux passions: la scène et la traduction en langue des signes. En fait, ce que je propose sur scène est plus une prestation artistique que de l'interprétariat. Je travaille véritablement avec les artistes et, quand je suis sur scène, je joue avec eux, je suis intégrée aux groupes même si j'essaie de me faire la plus discrète possible. Soit je suis dans mon coin, soit les artistes jouent avec moi. C'est un équilibre qui se crée sur scène.»

Ça fait plus de quinze ans que Cindy Baraté pratique la langue des signes et, depuis une petite dizaine d’années elle signe les concerts à travers le pays. Elle participe ainsi à quelques festivals comme LaSemo à Enghien ou encore l’Unisound festival à Court-Saint-Étienne, dans le Brabant wallon; seul festival 100% dédié aux personnes porteuses de handicap.

Les Fatals Picards: de vrais amis

Le festival LaSemo représente un solide challenge pour Cindy car elle est la seule traductrice de l'événement. «Les organisateurs pourraient prendre d'autres interprètes, mais ce n'est pas dans leur philosophie. Ce qu'ils cherchent, c'est le côté artistique que je propose.»

Signer un concert, c'est énormément de travail pour Cindy. D'autant qu'elle assure plusieurs concerts sur la journée et ce, durant trois jours! «Je reçois les textes deux ou trois mois avant le concert. Je les décortique et j'essaie de les travailler de façon poétique. Je les apprends par cœur. Pour un concert, ça me prend un mois, un mois et demi de travail. Après, je suis en contact avec les artistes pour connaître le sens profond des chansons et pouvoir coller le plus possible à ce qu'ils veulent dire.»

Au fil des concerts, Cindy a pu rencontrer de nombreux artistes et certains sont même devenus des amis. «Par exemple, les Fatals Picards m'ont contactée quand ils ont su qu'ils étaient à l'affiche de LaSemo. Ils étaient heureux de me retrouver. Ils font partie des artistes dont notre collaboration a été une véritable révélation. Ils m'intègrent réellement dans leur concert. J'ai connu la même chose avec le groupe Tryo l'an passé. Ce qui est amusant c'est qu'il y a aussi des artistes qui me reconnaissent et c'est vraiment sympa.»