30 ans que la Ville a acquis le parc

C’est en musique que l’inauguration du nouveau perron du château a ouvert la semaine de festivités des 30 ans du parc d’Enghien.

Delphine SCHLESSER
30 ans que la Ville a acquis le parc
Sur les marches du perron fraîchement rénové, les trois derniers bourgmestres enghiennois. ©ÉdA

Enghien est particulièrement animée cette semaine en l’honneur de l’anniversaire des trente ans du rachat du parc par la ville. Des festivités pour tous les goûts et tous les publics.

Samedi dernier, l'inauguration du perron du château d'Empain et le vernissage de l'exposition photo retraçant les moments marquants de l'histoire du parc ont permis aux autorités de la ville de tracer le bilan de ces noces de perle. Le bourgmestre actuel, l'écologiste, Olivier Saint-Amand, et ses deux prédécesseurs, Clément Crohain (cdH) et Florine Pary-Mille (MR) sont revenus sur cette année 1986 qui a vu le parc devenir publique. «À l'époque, le parc n'était ouvert aux Enghiennois qu'une fois par an» explique Olivier Saint-Amand avant de passer la parole à Clément Crohain, bourgmestre à l'époque de la signature. «Ce n'était qu'à l'occasion de l'annuelle kermesse d'Enghien que le parc devenait accessible,» raconte l'ex-bourgmestre. «Le rachat du parc était un défi. Il fallait ouvrir les grilles pour que tout le monde puisse en profiter, effectuer les travaux de rénovation et surtout en assurer l'attractivité! Le tout, de façon fiscalement abordable.» Parmi les grands faits de cette magistrature, notons l'ouverture de l'école de golf, les animations «Si Enghien m'était conté» ou encore les Tableaux Vivants.

Florine Pary-Mille, revient sur les nombreuses rénovations dont le parc a bénéficié au fil des années. «Les écuries, la salle des acacias, le pavillon, symbole du parc, ont permis de faire de ce lieu une fierté dont la renommée s'étend bien au-delà des remparts de la ville.» Une renommée qui a notamment permis d'attirer les Nuits du Cirque et la Foire du Jardin. Un bémol toutefois pour l'ex-bourgmestre: «Les familles ne sont pas encore assez ciblées par les différentes activités du parc.»

Un point sur lequel reviendra Olivier Saint-Amand qui compte bien en faire une priorité pour l'avenir. «Nous travaillons sur l'installation d'un espace plaine de jeu. Les obstacles sautent un à un et nous pourrions voir aboutir ce projet d'ici un an à un an et demi.» Un parc de plus en plus sollicité par les événements privés tel que LaSemo, la fête Grecque ou pour la première fois cette année, la Spartacus Run. «Notre parc se veut multithématique et nous essayons de trouver le parfait équilibre entre ses différentes fonctions. La protection du patrimoine, la protection et l'éducation à l'environnement, l'événementiel et l'accueil des familles

Les autorités remercient les Enghiennois pour leur enthousiasme et le respect de ce lieu qui est devenu, en 30 ans, le cœur de la cité. Le mariage de la ville et de son parc a encore de beaux jours devant lui.