Quand écriture et couture s’emmêlent

Delphine Gérard entend susciter, de 7 à 77 ans, l’imagination et la création, pour se découvrir un talent à travers divers ateliers originaux.

Daphné demitri

Des couleurs aux reliures cousues en passant par des images et du textile, Delphine Gérard souhaite partager, à travers les ateliers qu’elle organise à la cité d’Arenberg, sa passion pour la couture et l’écriture…

«J'avais envie de transmettre le savoir de la couture, mais pas uniquement via la technique» sourit celle qui a goûté à cet art via un apprentissage familial.

«Je vois cela plutôt comme une activité de détente, pour permettre également aux gens de se découvrir un talent, une capacité qu’ils ne se connaissaient pas. Il y a vraiment une demande de la part du public d’avoir une activité manuelle et de repartir avec une création terminée, un produit de valeur qui a une qualité car il résulte d’une technique particulière».

Le projet de Delphine Gérard est donc de mêler la couture à l’écriture, notamment via certains de ses ateliers, permettant de fabriquer des «carnets d’artiste».

«C'est nouveau. Auparavant, j'organisais ponctuellement des cours de couture. J'essaye d'adopter une ligne globale qui suit le fait que ce qui est créatif évolue en fonction du parcours de chacun» poursuit notre interlocutrice.

«Certaines personnes diront qu’elles ne sont pas attirées par la couture. Mais elles peuvent toutefois être intéressées de travailler par exemple le papier, via des reliures».

Ces ateliers mêlant divers arts permettent également d’attirer la gent masculine. Le côté intergénérationnel, permettant aux ateliers d’être suivis aussi bien par des enfants que des adultes plaît beaucoup à l’Enghiennoise.

D’ailleurs, au niveau des plus petits, l’incitation de l’ imaginaire et le développement de leur créativité sont utiles selon Delphine.

«Les enfants, ça les sort des cours théoriques. Si les parents ne sont pas branchés bricolage, ça permet quand même à ces enfants de pouvoir réaliser ce dont ils ont rêvé. Le quotidien des plus jeunes a écarté toute notion de couture, or la couture, c’est comme la cuisine. Vivre sans, ça bloque car ce sont des gestes de base nécessaires. Ici, les enfants peuvent apprendre à assembler des pièces, à coudre des boutons et ils repartent avec des objets qu’ils ont créés de leurs dix doigts!»

L'univers de la passionnée «mêle les mondes du rêve et de la douceur». «Je suis attirée par l'harmonie des couleurs, tout ce qui incarne la poésie».

Au cours des ateliers, l'Enghiennoise espère également que la couture permette aux participants de tisser des liens. «J'essaye de rendre les ateliers agréables, que ces activités de groupe créent des liens, et qu'ils deviennent des activités de bien-être finalement!».

«Dans les ateliers, on fait partie d'un groupe, même si chaque personne est suivie individuellement. Le travail de chacun est libre, même si je conserve une certaine exigence» conclut-elle avec le sourire.

Plus d’infos sur www.delphinegerard.be ou au 0496 72 89 72.