Trésor : les fouilles pas prioritaires

Sur base du texte des Centuries, Rudy Cambier a de bonnes raisons de penser que les Templiers ont caché une partie de leur trésor à Wodecq. Mené par une société anglaise, un scanning magnétique du terrain a révélé la présence d'une cavité de neuf mètres sur quatre, avec présence d'objets massifs.

En avril 2000, une ASBL - L'Archéotiming - était constituée. Objet : la gestion des fouilles et des droits, l'administration du site et du produit des fouilles. Pour fouiller, il faut une autorisation de la Région wallonne. En juillet 2001, la Direction de l'archéologie refuse. Trois motifs sont invoqués : primo, la présence d'un archéologue professionnel garantissant le caractère scientifique n'est pas clairement assurée ; secundo, les moyens humains, financiers et techniques ne sont pas définis de façon satisfaisante ; tertio, le mode d'enregistrement du matériel découvert n'est pas précisé. Archéotiming conteste ce point de vue. Un recours au Conseil d'État est introduit mais Rudy Cambier décide de dissoudre l'ASBL avant que l'affaire n'aille au bout de la procédure. « J'ai constaté que le monde académique avait démoli la crédibilité de l'association,

dit-il. On aurait pu refaire un même dossier, la Région nous aurait opposé le même veto. » « On ne nous prend pas au sérieux et, actuellement, il ne sert à rien de se battre » pense Patrick Holvoet (Saint-Sauveur), qui a mis au service de Rudy Cambier tout son réseau de relations d'ancien industriel de la chimie.

Patrick Holvoet a mis au point une tactique : « On va faire en sorte que la vox populi prenne le dessus et que les autorités ne puissent plus dire qu'on n'est qu'une bande de zozos. Si un jour le trésor devient une réalité, tant mieux. En attendant, arrêtons-nous juste avant le trésor... » L'espoir est que la Marche des saveurs, en septembre prochain (lire par ailleurs), aura un tel succès que les autorités mesurent à quel point Rudy Cambier est porté par toute une région. « Comme tout le monde, à commencer par Rudy lui-même, je me pose évidemment des questions sur la pertinence de cette affaire de trésor, dit M. Holvoet. Mais tous ceux qui sont allés sur le terrain ont été scotchés par la véracité de la thèse selon laquelle, entre autres, les Centuries racontent un itinéraire dans la région des Collines. » F.D.