L'adultère a viré au cauchemar

Carine Natalino est accusée d'avoir participé à la tentative d'assassinat de son amant, à Wodecq, le 3 janvier 2004. Le coauteur des faits s'est donné la mort en prison.

Christophe Desablens
L'adultère a viré au cauchemar
567726 ©(photo Belga)

Carine Natalino et Philippe Delattre vivent au domicile conjugal, à Vellereille-le-Sec (région montoise), au début des années 2000. Un couple sans histoire, semble-t-il, jusqu'à ce que des tensions apparaissent, en 2003.

C'est dans ce contexte que, sur les lieux de son travail (intérimaire), Carine Natalino rencontre et entreprend une relation amoureuse avec Dany Coton, un habitant de Wodecq, à la mi-juin 2003.

22 décembre 2003. Lors d'une soirée chez des amis, l'accusée annonce sa relation à son mari. Celui-ci demande à Carine Natalino de fixer un rendez-vous amoureux à son amant sur le parking du grand magasin Trafic à Ath.

Philippe Delattre s'y rend, muni d'une arme à feu et d'une matraque, avec son épouse, instrument du guet-apens. Sur ce parking, Philippe Delattre inflige une solide correction à Dany Coton, qui dépose plainte à la police contre Philippe Delattre.

24 décembre 2003. Philippe Delattre et Carine Natalino se rendent sur le lieu de travail de la compagne de Dany Coton et lui apprennent l'infidélité de celui-ci. Ensuite, au domicile de Dany Coton (rue Dubreucq), Delattre lui demande de rendre les photos de son épouse et un porte-clés que celle-ci lui avait donné. Rendez-vous est pris pour le 29 décembre. Delattre quitte les lieux en menaçant et en insultant Dany Coton.

26 décembre 2003. L'accusée absorbe des médicaments (anxiolytique et antidépresseur) en grande quantité. Elle doit se rendre avec son époux au service d'urgence de l'hôpital Ambroise Paré à Mons.

29 décembre 2003. Comme prévu, Philippe Delattre et Carine Natalino vont au domicile de Dany Coton avec un de leurs enfants, Delattre justifiant la présence de celui-ci par sa volonté d'éviter de faire une bêtise. Le ton monte. Delattre frappe à nouveau Dany Coton car celui-ci refuse de retirer sa plainte. Ces faits donnent lieu à l'ouverture d'une information répressive.

30 décembre 2003. La police se rend au domicile du couple Delattre-Natalino pour les auditionner sur les faits du 22 décembre 2003. Philippe Delattre nie les faits qui lui sont reprochés et Carine Natalino abonde dans son sens, fournissant même des alibis sur leur emploi du temps. Une confrontation avec Dany Coton est prévue le 7 janvier 2004.

31 décembre 2003. Le couple passe le réveillon du nouvel an chez des amis. Ceux-ci perçoivent un mal être au sein du couple, qui exprime le souhait de repartir de zéro en tournant la page... 3 janvier 2004. Le couple passe une nuit émaillée de nouvelles discussions et d'un incident au cours duquel Delattre donne un coup à Natalino. Le projet d'exécuter le responsable de tous les maux prend forme. Tant Carine Natalino que Philippe Delattre prennent à leur compte l'idée de tuer Dany Coton dans un premier temps, et de se suicider ensuite.

Entre 5 h 30 et 5 h 45, l'accusée et son mari rédigent une lettre d'adieux à l'intention de leurs enfants, et quittent leur domicile en emmenant un revolver. Ils se présentent au domicile de Dany Coton, dont la compagne vient de partir au travail en emmenant le plus jeune enfant du couple. Au premier étage de l'habitation, dorment deux autres enfants.

Carine Natalino sort de la voiture, l'arme à la main, cachée dans son dos, enveloppée dans un mouchoir. Elle attire Dany Coton à l'extérieur de sa maison. Face à lui, elle dit (selon la victime) « Je suis venue te tuer » et brandit son arme mais le mouchoir coince dans la gâchette et empêche le tir. Dany Coton se réfugie illico dans sa maison et Philippe Delattre reprend en main le revolver 357 Magnum . Il finit par rattraper Dany Coton dans le hall d'entrée où débute une violente confrontation. Touché de plusieurs balles, le malheureux est laissé pour mort.