Assises du Hainaut: la victime a survécu à trois projectiles

La cour d'assises du Hainaut entamera lundi le procès de Carine Natalino, née en 1966, accusée de tentative d'assassinat sur Dany Coton, le 3 janvier 2004 à Wodecq (Ellezelles). La victime a été atteinte par trois projectiles, qui ont entraîné une incapacité totale de travail et la perte de l'usage de plusieurs organes.

Carine Natalino est mariée depuis 12 ans avec Philippe Delattre quand elle entreprend une relation amoureuse avec un collègue de travail, Dany Coton, vers la mi-juin 2003.

Le 22 décembre de la même année, l'époux de l'accusée apprend son infortune. Il demande à son épouse de fixer un rendez-vous devant un magasin à Ath avec son amant. Philippe Delattre s'y rend muni d'une arme à feu et d'une matraque télescopique et tabasse Dany Coton.

Le 3 janvier 2004, Philippe Delattre et son épouse projettent d'éliminer Dany Coton.

Après avoir rédigé une lettre d'adieu, ils se rendent chez l'amant. Carine Natalino attire Dany Coton à l'extérieur de la maison et brandit son arme, un Magnum 357. La victime s'enfuit, rattrapée par le mari. Une violente confrontation s'ensuit, au terme de laquelle Dany Coton, touché de plusieurs balles, est laissé pour mort.

Le couple se présente spontanément au commissariat de Mons et remet l'arme aux enquêteurs.

Leur première déclaration concorde en tous points. Mais certaines invraisemblances sont relevées. Deux jours plus tard, Carine Natalino fait volte face et déclare avoir agi sous la contrainte de son mari.

Le 14 août 2004, Philippe Delattre, incarcéré à la prison de Tournai, se suicide dans sa cellule.

Selon les experts psychiatres, Carine Natalino banalise les faits en imputant à son défunt mari la responsabilité de tous leurs actes. Le rapport conclut à l'absence de culpabilité et à un décrochage avec la réalité.