Canal, rivière, carrière, étang ou carpodrome

Des pêcheurs, il y en a de toutes les couleurs ... « A la journée » ou non, adeptes ou pas du « no kill », férus de concours ou solitaires...

Sur cent permis de pêche délivrés en Région wallonne, 75 le sont pour le « navigable » et le reste pour les rivières et les petits cours d'eau, « banaux » ( tout le monde peut y aller, comme le long de la Semois !) ou pour lesquels il faut louer un droit aux propriétaires. Mais on peut jeter son flotteur partout en Walllonie. Pour ceux qui veulent rester en Hainaut occidental : le long de la Lys, de l'Escaut (et de ses coupures), de la Dendre en aval de la confluence entre l'occidentale et l'orientale. Le permis de la Région wallonne (A ou B) suffit également pour la pêche en canal : l'Espierres, Nimy-Blaton, Antoing-Blaton, Pommeroeul-Condé, le Large de Pommeroeul. Le Grand Large à Péronnes est très prisé actuellement. Notre région se situe dans une zone « à brème. »

La pêche au gardon a toujours été la plus pratiquée. Mais l'espèce n'a plus vraiment la cote au niveau culinaire. La plupart des pêcheurs actuels pratiquent le « no kill », et gardent leurs prises dans des bourriches en nylon - les autres sont interdites ! - avant de les remettre à l'eau. Seuls les amateurs de carnassiers (brochet, sandre et perche) emmènent parfois encore le poisson pour le manger. « Au niveau du canal, il y a des passionnés qui peuvent passer des jours et des nuits pour prendre le poisson le plus gros. Récemment, l'un d'eux a retiré une carpe de 28 kilos ! »

Beaucoup d'étang de pêche à la truite (ou « pêcheries »), qui ont connu une vogue extraordinaire dans les années 70, ont disparu. Il en reste cependant à Ellezelles, Templeuve, Blandain, Willemeau, Wiers, Beloeil... On peut aussi pêcher en carrière (propriété privée). Mais ce qui connaît actuellement un énorme boum, ce sont les carpodromes. Dans le Péruwelzis, à Arc, Herquegies, Velaines, Bouvignies... des sociétés se constituent pour louer une pièce d'eau et pêcher principalement la carpe, en organisant des concours. Une technique plus accessible (« on met du poisson en surdensité dans l'étang, ce qui n'est pas vraiment du goût des puristes ») venue d'Angleterre où on aurait calculé que ce poisson d'eau douce pouvait être pris trois cents fois durant sa vie ! P.L