Régulation ou massacre du renard ?

Le Ch’tis Fox Day culminera ce week-end. L’action des chasseurs soulève des questions, dont celle-ci: les renards sont-ils trop nombreux?

Marie-France Philippo
Régulation ou massacre du renard ?
©Damien Menu

Chaque année, la Fédération des chasseurs du Nord organise les «Ch’tis Fox Days», une semaine de chasse commune aux renards. Cette activité est prévue du 17 au 23 février avec, en point d’orgue, le week-end du 22 et 23 février.

Déterreurs, piégeurs, louvetiers et chasseurs: tous sont sollicités suivant leurs compétences pour réguler la prolifération du renard dans le Département du Nord.

Cette année, l'affiche qui annonce la manifestation a été repérée par des associations de protection de la nature, déclenchant un buzz médiatique: pétition sur un site interne, réaction de Brigitte Bardot dénonçant une «tuerie lâche et dégueulasse» et manifestations ce samedi à Lille qui stigmatisent «le massacre programmé du renard roux».

«Ce n'est qu'un appel à chasser. Nous menons cette opération tous les ans. Cela n'a rien d'obligatoire», explique-t-on du côté de la Fédération des chasseurs du Nord. L'objectif est de réguler la présence de cet animal afin de limiter les dégâts aux élevages et empêcher la propagation de l'échinococcose alvéolaire, une maladie mortelle dont le renard est porteur.

Aucune statistique fiable

Pourtant, personne ne peut donner une réponse, même approximative, quant au nombre de renards dans le département du Nord. Comment dès lors prouver qu’il y en a trop?

Les services régionaux de l’Office national de la chasse et la faune sauvage (ONCFS) reconnaissent qu’aucune statistique n’existe sur la présence du renard. En 2012, 5 300 renards ont été piégés; un chiffre stable par rapport aux cinq dernières années, mais en forte augmentation par rapport au début des années 2000.

La loi est respectée !

Alerté, le préfet du Nord-Pas-de-Calais Dominique Bur botte en touche. Dans son communiqué, il signale que «le renard est une espèce dont la chasse est autorisée par arrêté ministériel du 26 juin 1987. Il est considéré par ailleurs comme animal nuisible par arrêté ministériel du 2 août 2012.»

La chasse est donc autorisée dans les conditions prévues par la réglementation.

«La désignation du renard par arrêté ministériel, en tant qu'espèce nuisible dans le Nord, comme dans l'ensemble des départements métropolitains, est fondée sur l'identification des dégâts réels qu'il cause aux activités agricoles. Son rôle écologique n'est pas contesté. Il demeure néanmoins que la régulation de l'espèce est nécessaire pour limiter les pertes économiques subies par les élevages.»

Toutefois, il conclut son communiqué en indiquant que les services de l’État et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) sont mobilisés pour contrôler le respect de la réglementation. En particulier, si des tirs de nuit sont effectués; la loi prévoit qu’ils sont autorisés en réponse à une demande des maires.

La semaine risque donc d’être rude pour les renards, malgré la réaction des associations de protection de la nature.