De 80 à 90 % de ventes forcées

Comines, ce n’est ni Estaimpuis, ni Tournai pour les riches Français. Et les Français moyens font d’autres calculs…

M.P.
De 80 à 90 % de ventes forcées
Agences immobilières et riches Français ©ÉdA

Maxime Vandermarlière a créé VDM Immobilier, il y a quatre ans: «Depuis quelques mois, l'activité a sérieusement baissé de régime. Les commerçants se plaignent aussi.»

Quant aux Français, ils se font plus rares: «À mon avis, ils veulent être gagnants sur tous les tableaux: logement moins cher, refus de payer les taxes communales et l'immatriculation de la voiture,etc. Une fois qu'ils se rendent compte de leurs obligations, ils retournent en France.»

De plus, les prix n'ont fait que monter: «Ils sont clairement trop élevés pour la commune. Une maison de rangée rénovée se négocie autour de 150 000€, sans les frais de notaire, mais ça reste un produit qui se vend encore très bien.

Par contre, les immeubles de plus de 250 000€ sont difficiles à vendre, parce qu’il n’y a plus grand monde sur le marché! Même phénomène pour les villas des années 60 et 70 : il y a du volume et donc beaucoup de travaux: électricité, carrelage, isolation,etc. En fin de course, la note est salée.»

Avec la crise, la population a moins envie de déménager: «Dans huit ou neuf cas sur dix, ce sont des ventes forcées: décès, non-remboursement ou divorce. Dans ce dernier cas, après la vente, les deux conjoints retournent souvent en location. Il faut dire que les médias, qui ne parlent que de crise et de fermetures d'usine, n'incitent pas à l'optimisme.»

Bref, pas le moindre riche Français à l'horizon: «L'entité n'offre pas les mêmes caractéristiques qu'Estaimpuis ou Tournai. De l'autre côté de la frontière, il y a Comines France et la partie de la métropole lilloise qui n'est pas la plus riche.»

M-F.Ph.