Un trou impressionnant dans la cour d’une propriété à Ladeuze: « On a eu beaucoup de chance » (vidéo)

L’effondrement d’une voûte centenaire, construite au-dessus du ruisseau de la Hunelle, a éventré une partie du terrain de Jean et Liliane. Ce couple de Chiévrois n’en revient pas…

Pierre-Laurent Cuvelier

Drôle de mésaventure que celle subie par Jean Mouillard et son épouse Liliane Guilmot au sein de leur propriété de la rue du Tordoir, à Ladeuze. L’information a été dévoilée par nos confrères de Notélé. Dimanche dernier, le couple de Chiévrois recevait des invités quand un effondrement relativement impressionnant s’est produit dans la cour enherbée située à l’avant de leur domicile.

"Vers 16 h 30, ma fille aînée et son mari sont arrivés et c’est en sortant de la voiture que mon beau-fils a entendu un bruit sourd. En une fraction de seconde, tout est tombé", confie Jean Mouillard.

Si l’on ignore la cause précise de l’incident, l’imposant trou, d’environ 5 m de long sur 2 m de large, a été provoqué par la rupture d’une voûte en brique, construite entre 1860 et 1921, au-dessus de la Hunelle. Ce cours d’eau, qui prend sa source à Belœil pour se jeter dans la Dendre, traverse de part en part le terrain de Jean et Liliane. Ces derniers l’ont échappé belle puisqu’ils passent régulièrement à l’endroit où le sol s’est dérobé sur au moins deux mètres de profondeur.

« Et dire que nos petits-enfants venaient jouer ici »

"On a eu beaucoup de chance, soupire Liliane. Et dire que sur cette pelouse, nos petits-enfants venaient jouer… C’est aussi là que l’on avait dressé deux chapiteaux il y a quelques années dans le cadre des festivités de la marche gourmande de Chièvres. Ça aurait pu arriver à n’importe quel moment. "

Les habitants de cette vaste demeure, où l’on peut toujours apercevoir un ancien moulin, se sentent d’autant plus démunis que, selon leurs dires, d’autres parties de la voûte fragilisée risquent de céder jusqu’au bout de leur cour. "Pour le moment, on ne peut rien faire. Cet ouvrage avait été bâti par un des anciens propriétaires, avant que la demeure ne soit rachetée par mes grands-parents en 1921, indique Jean Mouillard. Les frais de réparation sont à notre charge car la Province de Hainaut est responsable du bon écoulement de l’eau, et pas de l’entretien de la voûte qui nous appartient."

Des agents de la Province sont descendus sur place, tout comme le bourgmestre Olivier Hartiel et la compagnie d’assurances, afin de constater les dégâts. "On ne se fait cependant pas d’illusion quant à une intervention de l’assurance. "

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...